"Ce qu'il y a autour de cette 3e dose de vaccin est très flou", pour l'épidémiologiste Martin Blachier

"Ce qu'il y a autour de cette 3e dose de vaccin est très flou", pour l'épidémiologiste Martin Blachier

COVID-19 - Invité ce jeudi sur LCI, l'épidémiologiste et professeur en santé publique Martin Blachier dit ne pas comprendre l'empressement de la France à administrer une troisième dose de vaccin. Selon lui, le pays devrait, comme d'autres, attendre d'obtenir des données supplémentaires sur l'utilité de celle-ci.

La France irait-elle trop vite en besogne ? Pour l'épidémiologiste Martin Blachier, invité sur LCI ce jeudi matin, cela ne fait aucun doute. S'appuyant sur l'avis de la Haute Autorité de Santé (HAS), le gouvernement a annoncé mercredi que les 65 ans et plus, ainsi que les personnes présentant des comorbidités pourront dès le 1er septembre bénéficier d'une troisième dose de vaccin contre le Covid-19.  "Je trouve que l'on va très vite vers cette troisième dose sans qu'on ait la preuve irréfutable que ce soit strictement nécessaire", affirme le professeur en santé publique.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Ce qu'il y a autour de cette troisième dose de vaccin est très flou", estime-t-il. "D'ailleurs les différents experts la justifient de façon différente : certains avancent que l'immunité pourrait s'étioler dans le temps, d'autres disent qu'elle est nécessaire parce que les dernières études montrent que les vaccins fonctionneraient moins bien avec le variant Delta. Aux États-Unis, ils disent qu'on n'a pas suffisamment de données pour décider."

L'épidémiologiste souligne par ailleurs que l'avis de la HAS est "très transparent sur le fait que cette troisième dose constitue un principe de précaution". "Elle ne dit pas qu'il faut absolument administrer une troisième dose. Elle le dit du bout des doigts et à la fin de son avis sur la question, elle dit qu'il n'y a pas suffisamment de données", ajoute-t-il. Et de conclure : "Sur cette troisième dose, on est dans un flou artistique, sans pour autant, je pense, qu'il y ait un gros sujet de sécurité".

Lire aussi

S'il concède que cette précipitation du gouvernement à administrer une troisième dose risque d'aviver le complotisme, Martin Blachier estime que certains sont de cloche ne seront pas totalement faux. "Je pense que cette histoire de troisième dose a beaucoup été poussée par les industriels du vaccin et que les gouvernements suivent un peu là-dessus", déclare-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

EN DIRECT - Nouveaux cas, hospitalisations... Les indicateurs du Covid-19 encore en hausse

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.