Variant Delta : "La quatrième vague est en train de commencer"

Ces dix derniers jours, le nombre de nouveaux cas de Covid augmente à nouveau dans le pays. Une tendance déjà constatée dans d'autres pays européens. Olivier Véran alerte sur la possibilité d'une quatrième d'ici à la fin du mois.

ECLAIRAGE - Si le gouvernement multiplie les alertes depuis quelques jours face à la propagation du variant delta et au risque de nouvelle vague épidémique en France, le spécialiste de la modélisation Jean-Stéphane Dhersin estime que celle-ci est déjà amorcée.

À quand la quatrième vague en France ? Si plusieurs spécialistes estiment qu'elle n'aura pas lieu avant l'automne, le ministre de la Santé Olivier Véran a alerté ce dimanche les Français sur le risque d'une nouvelle reprise épidémique dès l'été, et plus précisément "dès la fin juillet"

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Ça dépend de ce qu'on appelle la quatrième vague", a réagi ce lundi le mathématicien Jean-Stéphane Dhersin, spécialiste des épidémies, sur LCI. Et de détailler : "si c'est l'envolée donc la progression exponentielle du virus, là on y est déjà actuellement (...) on a plus 50% de variant Delta en nombre chaque semaine donc on est sur le début de la progression exponentielle et je dirais que la quatrième vague est en train de commencer".

"Dans la tête des gens on y sera quand il y aura des cas graves à l'hôpital"

Mais le spécialiste tient à nuancer. "Moi je réponds (en me basant) sur la circulation de l'épidémie mais dans la tête des gens, et c'est très vrai, la quatrième vague c'est les cas graves, l'hôpital, la réanimation et les décès", explique-t-il. Or, rappelle-t-il, "on dispose d'un vaccin qui atténue fortement ces formes graves, les gens qui sont doublement vaccinés avec Pfizer en France ont 20 fois moins de chance d'en faire une lorsqu'ils sont en contact avec des gens contaminés que quelqu'un qui n'est pas vacciné".

En outre, force est de constater que malgré un taux de circulation important, actuellement "on est quand même à un niveau de circulation bas du virus". Selon lui, "ce qu'on peut dire c'est qu'on serait plutôt aux alentours de 5000 cas à la fin du mois de juillet."

Lire aussi

Pour rappel, ce dimanche, 7.913 malades du Covid-19 étaient hospitalisés, au plus bas depuis le 9 octobre, en pleine montée de la deuxième vague épidémique qui allait conduire au reconfinement. Les soins critiques, réservés aux malades les plus gravement atteints, sont quant à eux revenus à leur niveau de fin septembre, avec 1.104 malades.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : deux morts, une personne toujours portée disparue

EN DIRECT - "Je crois profondément que les Français vont pouvoir passer des fêtes de Noël sereines", affirme Macron

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

Vaccins, formes graves... L'OMS rassurante sur le variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.