Faut-il se méfier du vaccin AstraZeneca ?

Faut-il se méfier du vaccin AstraZeneca ?

COVID-19 - Le vaccin AstraZeneca, déjà administré aux professionnels de santé de moins de 65 ans, sera injecté dans les cabinets des généralistes à partir de la semaine prochaine. Mais quelle est son efficacité ? Pourquoi certains pays ont-ils renoncé à l'utiliser ? Et quels sont ses effets secondaires ?

Administré depuis le 6 février dernier aux professionnels de santé de moins de 65 ans, le vaccin AstraZeneca sera au cœur de la nouvelle étape de vaccination en France, qui concernera à partir du jeudi 25 février les personnes âgées de 50 à 64 ans avec comorbidités et sera effectuée par les médecins généralistes. Ces derniers avaient jusqu’à 23h mercredi pour réserver leurs doses en pharmacie. Mais ils sont nombreux à ne pas l’avoir fait.

Toute l'info sur

Le 20h

Quelle est son efficacité ?

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), le vaccin AstraZeneca présente une efficacité "satisfaisante", estimée entre 60 et 70% selon les études. Une efficacité comparable à celle du vaccin contre la grippe, mais inférieure aux vaccins à ARN messager de Pfizer et Moderna, qui affichent des résultats supérieurs à 90%.

Pourtant, selon le responsable de la campagne de vaccination française Alain Fischer, invité d’Europe 1 ce jeudi, "ce n’est pas un vaccin de seconde zone". "Il donne un taux d’efficacité très bon. Ce vaccin est excellent. La seconde dose doit être administrée 12 semaines après la première. Dans ces conditions-là, le taux de protection est de 80%, soit le même que les vaccins ARN", a-t-il cherché à rassurer.

Pourquoi certains pays ont-ils renoncé à l’utiliser ?

Bien qu’efficace sur la première souche du virus, le vaccin AstraZeneca présente des difficultés dans la lutte contre le variant sud-africain, qui a fait son apparition ces dernières semaines, à l’instar du variant britannique et du variant brésilien. Selon une étude de l’université de Johannesburg, l’efficacité du vaccin AstraZeneca ne s’élèverait qu’à 22% contre les formes modérées du variant. Un chiffre si faible que l’Afrique du Sud a décidé de suspendre son programme de vaccination et a proposé les millions de doses commandées à l’Union africaine.

"Le vaccin AstraZeneca a montré des résultats extrêmement décevants, qui font qu’il est difficile à utiliser dans ce contexte. Le vaccin Johnson & Johnson et le vaccin Novavax, eux, gardent des efficacités aux alentours de 60%", explique au micro de TF1 Anne-Claude Crémieux, infectiologue à l’hôpital Saint-Louis et membre de l’académie nationale de médecine, qui indique néanmoins qu’il reste "des chances pour que certains vaccins gardent une efficacité sur ce variant sud-africain et en particulier dans la prévention des formes sévères."

Lire aussi

Quels sont les effets secondaires ?

Administré depuis le 6 février dernier à près de 10.000 soignants, le vaccin AstraZeneca a causé le développement de syndromes grippaux, à savoir de la fièvre, des courbatures ou encore des maux de tête, sur 149 d’entre eux, à Brest, Périgueux ou encore Rouen. Ces effets secondaires, attendus, auraient été mis en évidence lors des essais cliniques et ne remettent pas en cause l’efficacité du vaccin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccin Johnson & Johnson : la HAS espère donner un avis "à la fin de la semaine"

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Assassinat de Samuel Paty : "J'ai menti", avoue l’adolescente à l’origine de la polémique

Lire et commenter