Covid-19 : les autotests ne permettront plus d'obtenir un pass sanitaire à partir de ce vendredi

Covid-19 : les autotests ne permettront plus d'obtenir un pass sanitaire à partir de ce vendredi

FIN DE VALIDITE - À partir de ce vendredi 15 octobre, les autotests ne permettront plus d'obtenir un pass sanitaire valide. Les tests PCR ou antigéniques, eux, ne seront plus remboursés.

L'autotest, essentiellement utilisé par les jeunes à la dernière minute, ne sera plus valable à partir de ce vendredi 15 octobre pour obtenir un pass sanitaire. 

"Je suis étudiante, j'ai cours toute la journée. Donc c'est pratique de l'acheter en avance et de pouvoir le faire chez moi tranquillement", explique une jeune femme à TF1, dans la vidéo en tête de cet article. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Dans le même temps, Catherine Dubosq, une pharmacienne à Caen, dans le Calvados, nous indique que les personnes se faisant dépister sont "souvent des personnes qui veulent aller au bar ou au restaurant". "J'ai fait un test pour pouvoir aller au restaurant en famille ce soir. Je ne suis pas vacciné", confirme un étudiant.

Le gouvernement entend dérembourser les tests (PCR ou antigéniques) dits de confort à partir du 15 octobre. Les tests ne seront plus remboursés sauf pour les personnes vaccinées, mineures ou majeures encore au lycée, ainsi que celles disposant d'une prescription médicale ou ayant une opération chirurgicale prévue.

Huit millions de personnes non-vaccinées

Pour obtenir le précieux pass sanitaire, les personnes qui n'entrent plus dans ces critères devront donc réaliser soit un test PCR - qui leur coûtera un peu moins de 44 euros -, soit un test antigénique à 22 euros en laboratoire, 25 euros en pharmacie ou 30 euros s'il est réalisé un dimanche. Une incitation très claire adressée aux huit millions de personnes non-vaccinées. 

Quant aux cas contacts, qu'ils soient vaccinés ou non, leurs tests continueront d'être remboursés sur présentation du SMS de l'assurance maladie.

Lire aussi

Interrogée par TF1, une épidémiologiste estime que ce changement dans le remboursement des tests "va perturber la façon de suivre l'épidémie en nombre de cas et en taux d'incidence. Donc, il va y avoir une période, pas forcément très longue, dans laquelle on ne va plus savoir interpréter la dynamique de l'épidémie".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

"The Voice All Stars" : ces 6 talents qu’on aimerait voir en finale

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.