Masques dans les refuges, distances de sécurité... A quelles règles doivent se plier les randonneurs ?

Masques dans les refuges, distances de sécurité... A quelles règles doivent se plier les randonneurs ?
Santé

SPORT - Même en pleine nature, les randonneurs doivent eux aussi respecter les gestes sanitaires contre le Covid-19. Et désormais, le port du masque est obligatoire dans les refuges de montagne.

Si prendre son masque quand on sort en ville est désormais un réflexe, c'est moins évident d'y penser lorsque qu'on part en randonnée. Alors que les refuges de montagne font partie depuis lundi des endroits publics clos dans lesquels son port est désormais obligatoire, plus question pour les randonneurs de l’oublier, de même que le gel hydroalcoolique. "Tant que ça ne rajoute pas trop de poids dans le sac..." , s'amuse une randonneuse dans le parc naturel de la Vanoise, en Savoie, dans le reportage du JT de TF1 en tête de cet article.

Dans le refuge qui borde l’entrée du parc, toutes les entrées et réservations doivent se faire avec un masque. Et ce n’est pas la seule mesure à respecter.

Lire aussi

Ici, les places sont limitées : seulement 30 couchages contre les 50 habituels. Mais le refuge n’est pas forcément perdant. Il propose aussi de passer la nuit dans une tente, de quoi rassurer les randonneurs craignant la promiscuité. Mais aucun duvet n'est fourni par la maison, il faut ramener le sien. Autres mesures : plus de vestiaires collectifs et les sacs dos restent en dehors des chambres, bien accrochés à un crochet.

Le masque avant et après la marche

Une fois de retour sur la route, le masque peut enfin tomber. Ce bout de tissu, "les marmottes s’en fichent un peu",  lâche une autre jeune randonneuse dans la vidéo ci-dessus. Elle garde bien le sien à portée de main, mais ne voit pas l’intérêt de le mettre en pleine nature. En réalité, il est "fortement déconseillé" de porter son masque pendant une activité sportive, rappelle le site de la Fédération française de randonnée. "Avec le masque, vous vous essoufflez beaucoup plus", d explique dans une vidéo le docteur Catherine Kabani.   

Toute l'info sur

Vacances d'été : l'ombre du coronavirus

Il faut alors respecter une distance de sécurité pour ne pas risquer de contaminer l’autre : au moins deux mètres selon les consignes données par le gouvernement. "Pas évident sur un sentier parfois très étroit", déplore auprès de TF1 Marie-Odile Dion, accompagnatrice en montagne. D’autant que cette distance augmente en fonction de la vitesse de marche. Ainsi "des marcheurs évoluant à la vitesse classique de 4 km/h veilleront à garder un espacement d’au moins 2 mètres, alors que des marcheurs à 6km/h s’espaceront d’au moins 5 mètres", précise la Fédération française de randonnée sur son site, afin de limiter le risque de contamination par postillons et gouttelettes de transpiration.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent