"On ouvre les consciences" : en Guadeloupe, un prêtre prêche pour la vaccination

"On ouvre les consciences" : en Guadeloupe, un prêtre prêche pour la vaccination

COVID-19 - En dépit de la gravité de la situation sanitaire, seul un Guadeloupéen sur cinq a déjà reçu une dose de vaccin. Nombreux sont ceux à douter encore de l’efficacité du sérum, alors sur place, tout est fait pour tenter de convaincre les sceptiques, des pharmacies aux églises.

La reprise épidémique est telle qu’un confinement strict a commencé vendredi 13 août pour trois semaines en Guadeloupe. Pour cause, l’île enregistre le plus haut taux d’incidence de France : 2217 cas pour 100.000 habitants au 15 août, contre 246 à l’échelle nationale, selon les données agrégées par le site CovidTracker. 

Pourtant, la vaccination peine à décoller. Actuellement, 22% des Guadeloupéens ont reçu une dose de vaccin et 17% d’entre eux ont un schéma vaccinal complet. Des résultats bien en deçà des moyennes nationales, qui s’élèvent respectivement à 68% et 57,5% au 12 août. 

Pour accélérer la campagne vaccinale, certains veulent appeler à la vaccination jusque dans les églises. "Nous sommes confrontés à un problème de vaccin, de pass sanitaire. Certains sont pour, d’autres sont contre, s’avance prudemment le Père Edouard Silène lors d’une messe, face à un auditoire silencieux, dans le reportage en en-tête. Demandons au Seigneur d’éclairer ces hommes et ces femmes qui se posent des questions." Le curé rassemble chaque jour des dizaines de personnes dans la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Pointe-à-Pitre. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Une peur qu’on n’explique pas, qui n’est pas rationnelle"

Écouté et respecté, il tente à chaque homélie d’orienter les fidèles vers la vaccination, qu’il a lui-même choisie par conviction. "On ouvre les consciences, estime-t-il. On peut inviter [les croyants] à écouter, et laisser le soin aux scientifiques et professionnels de santé d’expliquer, de dire le pourquoi."

Mais même pour ces professionnels de santé, en parler est un combat, car le vaccin suscite toujours de nombreuses méfiances sur l’île. "On compte sur vous", lance Daniel Drumeaux, un pharmacien de la commune des Abymes, à l’une de ses clientes qui ne s’est pas faite vacciner. Visiblement sans grand effet : "J’ai des doutes, tout le monde a peur", confie-t-elle.

Lire aussi

"Il y a une résistance, en quelque sorte, à franchir le pas, déplore le pharmacien. Une peur qu’on n’explique pas, qui n’est pas rationnelle." Avant d’ajouter : "C’est pour ça qu’il faut y aller avec douceur et psychologie".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

Covid-19 : un officier de gendarmerie relevé de ses fonctions pour refus de vaccination

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.