Pass sanitaire et flambée des cas provoquent la ruée dans les centres de dépistage du Covid

Pass sanitaire et flambée des cas provoquent la  ruée dans les centres de dépistage du Covid

ORGANISATION - Depuis quelques jours, les centres de dépistage et les pharmacies sont confrontés à une hausse de la demande pour réaliser des tests covid. Entre reprise de l’épidémie et mise en place du pass sanitaire, la logistique s'adapte.

Fini les files d'attente clairsemées, le monde est revenu devant les pharmacies et les centres de dépistage. Une hausse de la demande qui s’explique non seulement par une reprise de l’épidémie mais aussi par l’instauration du pass sanitaire. À partir du mois d'août, les personnes non-vaccinées devront présenter un test négatif de moins de 48 heures pour accéder aux restaurants et aux bars, mais aussi aux transports pour partir en vacances.

Toute l'info sur

Variant Delta : la France face à une quatrième vague

Si les records du mois d’avril n'ont pas encore été atteints, les données du gouvernement montrent déjà une augmentation. Plus de 400.000 tests ont été réalisés le 13 juillet, contre 293.716 le même jour de la semaine précédente. Pour anticiper cette demande, la municipalité de La Baule a décidé de mettre en place un nouveau centre de dépistage dans la ville. Cette station balnéaire voit sa population se multiplier par dix pendant la période estivale. En parallèle, la hausse de la demande se fait déjà ressentir sur les autres points de tests de ce site prisé des touristes. 

La crainte d'un embouteillage sur les lieux touristiques

"Il y a eu les vacances bien sûr, mais aussi tous les weekends. En fait on voit les gens régulièrement tous les deux-trois jours pour se faire tester pour pouvoir sortir, surtout des jeunes", constate une infirmière qui exerce dans un centre de vaccination mobile installé depuis quelques mois près de la gare. 

Même constat pour Marc-Antoine Monier, pharmacien de la ville, qui craint un embouteillage au mois d'août : "J’essaye, à mon échelle, de faire le maximum, mais après, je ne peux pas faire non plus tous les tests pour la Baule" et ses environs. Ce dernier en réalise tous les après-midis. "Le samedi je suis tout seul à les faire, c'est pour ça que je sollicite mon infirmière, on en fait une centaine", constate-t-il.

Si ce n’est pas la première vague de demandes que les groupes de laboratoires de tests doivent affronter, celle-ci devrait être particulièrement forte. "Ce qu'il s'était passé l'été dernier a servi de référence, on a senti arriver l'augmentation", souligne Thomas Hottier, directeur général du groupe Inovie qui rassemble de nombreux laboratoires qui effectuent des tests covid.

Lire aussi

Pour réussir à assurer tous les tests face à une constante augmentation de la demande, les horaires des centres de dépistages ont notamment été étendus et le personnel a été renforcé. Le directeur le reconnaît cependant, "ce n'est pas la partie la plus facile". Après une année difficile, beaucoup de professionnels et d'étudiants en médecine souhaitaient prendre des vacances. 

"Sur le groupe, on peut doubler, voire tripler le nombre de tests", assure cependant Thomas Hottier, "maintenant, il y a du monde donc on conseille vraiment aux gens d'anticiper au maximum. Le vendredi, samedi et dimanche sont les jours où on a le plus de monde, donc si on part le vendredi, il vaut mieux faire un test le mercredi ou le jeudi."

Du côté du ministère de la Santé, on assure que la hausse a été anticipée et que des réunions ont eu lieu avec les professionnels du secteur pour affronter l'augmentation de la demande. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : il y a désormais "une décorrélation entre les hospitalisations et les diagnostics", affirme Olivier Véran

EN DIRECT - Covid-19 en France : le nombre de contaminations près de 50% plus haut que mardi dernier

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

L'huile essentielle de lavande considérée comme toxique ? L'inquiétude des producteurs dans la Drôme

Covid long : alors que la France est "en retard", le Royaume-Uni s'est emparé du problème

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.