Covid-19 : pharmaciens, infirmiers et sages-femmes sont-ils prêts à vacciner ?

Covid-19 : pharmaciens, infirmiers et sages-femmes sont-ils prêts à vacciner ?

ÉLARGISSEMENT - Alors que 27 millions de doses de vaccins devraient arriver en France avant la fin du mois d'avril, la Haute Autorité de Santé a donné son feu vert à plusieurs professions médicales et paramédicales afin qu'elles puissent les administrer.

Ils ont déjà les doses et pourront eux-aussi bientôt les administrer. La Haute Autorité de santé (HAS), a recommandé ce mardi que tous les vaccins puissent être administrés par les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes, en plus des médecins. Une force de frappe supplémentaire qui arrive à point nommé alors que le gouvernement maintient  toujours sa ligne d'éviter un reconfinement national. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

À la Pharmacie de l'Europe à Paris, les professionnels sont dans les starting-blocks. "Nous avons même la salle de vaccination", précisent-ils. L'officine vient tout juste de terminer sa campagne de vaccination contre la grippe. Ses pharmaciens sont donc formés et prêts. "On attend l'autorisation et la date à laquelle on pourrait commencer cette vaccination-là", avance Laurent Meyssonnier, le responsable Covid-19.

400.000 vaccinations par jour

D'ici deux semaines, ils pourront prescrire et injecter le vaccin AstreZeneca dans un premier temps. "Ce sont les patients de 50 à 75 ans avec comorbidités prioritairement, mais ensuite toute la classe d'âge entre 50 et 75 ans", explique Philippe Besset, le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). De quoi augmenter massivement les capacités de vaccination du pays. "Il y a 18.500 officines qui sont vaccinatrices, qui ont un local et du personnel formé. Cela veut dire à peu près 400.000 vaccinations par jour ou deux millions de vaccins par semaine", ajoute-t-il. 

Lire aussi

Pour accélérer encore la cadence, les infirmiers seront également mobilisés. Cela fait des semaines que Fatima Saïd-Dauvergne et ses patients attendent cette décision. Elle sait qu'elle pourra administrer le vaccin dans son, cabinet, mais ce qu'elle espère, c'est aussi pouvoir vacciner à domicile. "Certains patients ne peuvent absolument pas se déplacer, donc ils n'iront ni au cabinet médical, ni dans les centres de vaccination. On a vraiment besoin de pouvoir vacciner les patients directement à domicile", souligne celle qui est aussi présidente de la Fédération nationale des infirmiers (FNI). Comme les infirmiers et les pharmaciens, les sages-femmes pourront également vacciner leurs patients dès le 17 mars.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - "Matin, midi et soir, tout notre pays est mobilisé pour vacciner", assure Emmanuel Macron

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

EN DIRECT - Mort du Prince Philip : huit jours de deuil au Royaume-Uni

Lire et commenter