Tests antigéniques dans les aéroports : ce qui vous attend si vous devez prendre l’avion

Tests antigéniques dans les aéroports : ce qui vous attend si vous devez prendre l’avion

COVID-19 - L’aéroport Marseille-Provence est le premier en France à offrir à ses passagers la possibilité de se faire dépister grâce à des tests antigéniques. A partir de cette semaine, cela sera également le cas à Nice, Roissy et Orly.

Pour la première fois en France, un aéroport a mis en place des dépistages au Covid-19 à l’aide de tests antigéniques pour les passagers. Ainsi, depuis le 22 octobre à l’aéroport Marseille-Provence, les passagers à l’arrivée et au départ, s’ils le souhaitent, peuvent faire ce test antigénique gratuitement, sur simple présentation de leur carte d’embarquement.

Comme les tests PCR, les tests antigéniques s’effectuent par prélèvement avec écouvillon dans les narines. S’ils sont un peu moins fiables que les premiers, ils sont en revanche beaucoup plus rapides. Après une attente estimée entre 15 et 30 minutes, les résultats sont ensuite immédiatement donnés aux passagers testés, comme le montre le reportage de TF1 en tête de cet article. Si des passagers sont testés positifs, l’Agence régionale de santé (ARS) leur demande de s’isoler à l’arrivée, ou de ne pas prendre leur vol.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

"Marseille-Provence, c’est une porte d’entrée au niveau du territoire et le but est de rassurer nos clients, nos passagers", explique Denis Corsetti, directeur des opérations de l’aéroport Marseille-Provence, au micro de TF1. Pour Véronique Vig, médecin de l’ARS Paca, le but est de "dépister les gens asymptomatiques, de manière à casser la chaîne de transmission s’il y a des cas positifs".

Après les aéroports, l’ARS envisage d’étendre ce dispositif aux Ehpad et aux universités de la région. Outre Marseille, les tests antigéniques seront également disponibles gratuitement pour les passagers des aéroports de Roissy, Orly et Nice. Le 16 octobre dernier, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari indiquait qu'ils seraient utilisés au départ vers des pays comme les États-Unis ou l’Italie, et à l’arrivée depuis les pays en zone rouge.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.