Vaccination, refus d'injection, restrictions... Où en sont les Ehpad ?

Vaccination, refus d'injection, restrictions... Où en sont les Ehpad ?

INTERVIEW - Alors que la seconde injection du vaccin contre le Covid-19 a commencé à être administrée dans les Ehpad, Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs au service de personnes âgées, dresse un premier bilan de la stratégie vaccinale mise en place dans ces établissements.

Bientôt la fin de la campagne de vaccination dans les Ehpad ? Dans les heures à venir, tous les résidents volontaires devraient avoir reçu leur première dose, a assuré Jean Castex jeudi. La deuxième injection a d'ailleurs commencé à arriver dans les établissements cette semaine, suscitant beaucoup d'espoir. Au total, 330.000 résidents ont été vaccinés en ce début février, selon le ministère de la Santé, 100.000 doses ayant été inoculées aux patients sur les 10 derniers jours. L'objectif du gouvernement ? Vacciner 80% des pensionnaires d'ici au début du mois de mars, soit 500.000 personnes âgées. 

Assouplissement des mesures, réticences des soignants... Le président de l'Association des directeurs au service de personnes âgées, Pascal Champvert, fait le point avec la rédaction de LCI. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les dernières infos sur la vaccination et le déconfinement

Quel premier bilan tirez-vous de cette campagne de vaccination?

Dans les Ehpad, il est positif. Les pensionnaires qui le souhaitaient ont reçu la première dose du vaccin contre le Covid-19. D'ailleurs, j'ai vu que la France figurait parmi les pays ayant vacciné le plus grand nombre de personnes âgées dans les établissements. On a le sentiment que les professionnels du secteur ont été écoutés durant cette crise. Notamment sur la question du consentement, dont la mise en œuvre n'a pas été simple. À côté de cela, je note quelques problèmes. Le gros point noir, c'est la prise en charge des personnes âgées fragiles qui résident à domicile. Ces individus sont invités à se déplacer pour se faire vacciner, mais ils sont incapables de se rendre seuls sur ces sites. On a oublié totalement les 700.000 personnes âgées qui vivent à domicile et qui ont aussi payé un lourd tribut au virus. 

20% des résidents en Ehpad refusent le vaccin- Pascal Champvert président de l'Association des directeurs au service de personnes âgées

Vous dites que les pensionnaires qui le souhaitaient ont été vaccinés. Que se passera-t-il pour ceux qui ont décidé de refuser l'injection ? 

Au total, on compte environ 20% des résidents en Ehpad qui refusent de se faire vacciner. C'est tout à fait compréhensible. Certaines personnes âgées ne croient pas au vaccin, ou bien elles préfèrent se soigner avec de l'homéopathie. Je respecte leur opinion. Ces pensionnaires ne seront pas isolés dans nos Ehpad. Cependant, lorsqu'il y aura un assouplissement des restrictions sanitaires dans les établissements, les personnes qui n'auront pas reçu le vaccin ne pourront pas en bénéficier. Ou alors il faudra des dispositions très particulières. 

Selon vous, il faut rapidement se diriger vers un assouplissement des mesures de précaution dans les établissements ? 

Oui, tout à fait. Quand tous les résidents auront reçu la seconde dose du vaccin, il faudra considérablement assouplir les restrictions qui pèsent sur les pensionnaires. Tout comme les jeunes dont on parle beaucoup, les personnes âgées vivent très mal la situation actuelle. Il est important de trouver un équilibre entre sécurité physique et psychique. Comment cela va se traduire ? Une fois que les familles des résidents seront vaccinées, les pensionnaires devraient avoir la possibilité de faire des aller-retours entre l'Ehpad et le domicile de leurs proches. Et cela fonctionne aussi inversement : les pensionnaires pourront recevoir leurs proches dans leur chambre privative. À l'intérieur de l'établissement, il faudrait aussi que les résidents puissent de nouveau se mélanger entre les étages dès lors que tout le monde sera protégé. 

Les soignants doivent êtres plus écoutés- Pascal Champvert président de l'Association des directeurs au service de personnes âgées

Avec l'arrivée du vaccin AstraZeneca en France, le gouvernement espère vacciner l'ensemble des professionnels de santé. Mais les soignants semblent particulièrement réfractaires au vaccin, comment l'expliquer ? 

On sait qu'il y a une très faible appétence des soignants à se faire vacciner : on compte entre 20 et 25% de personnes volontaires. Le rejet du vaccin par les professionnels de santé s'explique très simplement. Tous les sociologues disent que l’appétence au vaccin traduit une confiance dans les pouvoirs publics. Or les professionnels de santé savent bien que l'État leur ment depuis une trentaine d’années. Les soignants ne se sentent ni respectés ni reconnus. C'est la réalité. Et la solution n'est pas de contraindre les professionnels à se faire vacciner, sur ce point-là je suis d'accord avec l'exécutif. Non, il faut les écouter. Qu'est-ce que ça veut dire concrètement ? Augmenter le nombre de professionnels dans les établissements pour

personnes âgées. 

Lire aussi

Ces derniers jours, plusieurs clusters ont été recensés dans les établissements pour personnes âgées. Par exemple, un foyer de contaminations au Covid-19 s'est développé dans un Ehpad des Hauts-de-France et 27 résidents sont décédés. Cela vous inquiète-t-il ?

Non, je ne suis pas inquiet. Sur les 100.000 établissements de France, il y a très peu de clusters. De même que pendant la première vague, il y a eu très peu de foyers de contaminations dans les Ehpad. On en a beaucoup parlé, mais cela ne concernait qu'une dizaine d'établissements. Par contre, on oublie ceux qui meurent seuls à leur domicile. Durant la première vague, il y a eu autant de morts dans les Ehpad que dans les foyers privés.  Le vrai problème de notre société, c'est qu'on invisibilise complètement les personnes âgées. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Macron et Al-Sissi s'entretiennent avec le roi de Jordanie

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.