Autotests dans les écoles : "Une bonne idée qu'il va falloir déployer très largement", assure Gérald Kierzek

Autotests dans les écoles : "Une bonne idée qu'il va falloir déployer très largement", assure Gérald Kierzek

EXPLICATIONS - Le Premier ministre a annoncé que dès lundi, dans les écoles élémentaires, 400.000 tests salivaires seront proposés chaque semaine et 64 millions d’autotests dans les collèges et lycées. Gérald Kierzek nous explique les différences et pourquoi ces autotests sont importants.

Lors d'une conférence de presse jeudi 22 avril, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que 400.000 tests salivaires seront déployés dans les écoles élémentaires dès le lundi 26 avril, avec un objectif de 600.000 tests salivaires hebdomadaires d'ici la mi-mai, selon Jean-Michel Blanquer. Aussi, pour appliquer au mieux son mantra "tester, tracer, isoler" dans les écoles, le gouvernement a décidé de déployer des autotests dans les établissements scolaires.  Et ce déploiement est massif : 64 millions d'exemplaires ont été commandés. Mais quelle est la différence entre un test salivaire et un autotest ? 

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Pour les tests salivaires, le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP), explique ainsi que “c’est un peu comme les PCR qu’on connaît bien, sauf qu’au lieu d’avoir un prélèvement nasopharyngé avec ce grand coton-tige et un test en laboratoire, là, c’est un prélèvement de salive", dit-il. "C'est plus simple pour les enfants, mais ça part quand même au laboratoire. C’est-à-dire qu’il faut le consentement de la famille, ainsi que le numéro de sécurité sociale. Puis, il faut un délai. Il faut acheminer le test au laboratoire et c’est les mêmes techniques que pour les PCR”, assure-t-il. 

Selon le consultant TF1-LCI, la vraie nouveauté réside donc dans les autotests : "C’est juste un petit coton-tige, ce n’est pas un prélèvement nasopharyngé qui va très profond, le coton-tige est plus court. C’est juste un petit prélèvement au niveau des narines et ça permet d’avoir un résultat immédiat. Et là, c’est intéressant parce qu'ils permettent vraiment d’avoir des dépistages rapides, efficaces, dans les écoles”, dit-il.

"Les autotests dans les écoles, c'est très bien, mais il faut aller plus loin”

Pour le docteur Gérald Kierzek, ces autotests sont “une bonne idée" : "Je ne vais pas vous dire le contraire. Cela fait des mois que je plaide pour ces hypothèses comme d’autres confrères", ajoute-t-il. "Parce que ces autotests permettent d’avoir un test fiable. Ils sont efficaces. Il y a une vraie efficacité, c’est reconnu par la Haute autorité de Santé. Et surtout, c’est mieux que rien. Actuellement, quand vous partez à l’école, quand vous partez au travail, vous ne faites pas de test. Là, c’est l’opportunité, avant l’école, avant de partir au travail, d’avoir ce réflexe de se tester, pas tous les jours, mais une fois par semaine. Voilà pourquoi il va falloir les déployer très largement."

Lire aussi

Pour peu que ces autotests "rentrent dans notre quotidien", dit-il, ils peuvent être "une manière de se responsabiliser" : "On peut imaginer aussi des jeunes, des lycéens, des collégiens, avant une fête, avant de se retrouver entre amis et puis cet été, pourquoi pas avant un concert, puissent avoir ce système d’autotest qui permet de sécuriser les lieux justement avec ce dépistage préventif. Ce serait une vraie nouveauté". C'est donc "très bien pour les autotests dans les écoles, mais il faut aller plus loin”, conclut-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - "Rendre le sourire à nos enfants" : les pédiatres réclament la fin du masque à l'école

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.