Dr Gérald Kierzek : "Le confinement n'est sûrement pas la seule et unique solution"

Dr Gérald Kierzek : "Le confinement n'est sûrement pas la seule et unique solution"

COVID-19 - Les services de réanimation en Île-de-France et dans les Hauts-de-France ne sont pas loin de la saturation. Pourquoi dans ces deux régions particulièrement ? Les explications du Dr Gérald Kierzek.

Plusieurs facteurs expliquent la tension dans les hôpitaux en Île-de-France et dans les Hauts-de-France, selon le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu à Paris et consultant pour TF1-LCI. "Il y a la densité de la population, peut-être un relâchement des pratiques. À Dunkerque, le carnaval officiel ayant été annulé, il y avait peut-être eu un relâchement des gestes barrières. Et puis, il y a quand même ce point commun de la saturation des services de réanimation. Et donc, de la sous-capacité de ces services ", détaille-t-il.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

"Dans la région Île-de-France, il y a 1200 lits de réanimation pour douze millions d'habitants. Et donc, en permanence, il y a cette tension. Il faut quand même se rassurer, on n'est pas dans une situation catastrophique dans laquelle on refuserait des malades. Mais il y a davantage d'entrants que de sortants et donc en permanence un flux tendu. La solution consisterait soit à créer des lits, soit à essayer un confinement pour essayer de tarir le flux sans qu'il n'y ait forcément une causalité ou une efficacité qui ait été démontrée", poursuit-il.

"Une des solutions serait de créer des lits"

"Si on manque de lit et si on a un problème pour vider les services de réanimation, ce n'est le confinement qui va les vider. Ça empêche effectivement des malades d'arriver. Mail il n'y a pas des flux non plus extrêmement conséquents qui arrivent. En revanche, il y a une petite différence entre les entrants et les sortants. Donc, une des solutions serait de créer des lits, d'ouvrir un certain nombre d'unités de réanimation ou autres (...) Le confinement n'est sûrement pas la seule et unique solution", explique le médecin. 

Les autotests sont une autre solution intéressante à ses yeux : "Ils sont enfin autorisés et pourraient être un moyen par exemple de participer à des fêtes. Je préférerais voir des jeunes qui font la fête mais qui s'autotestent parceque cela permettrait de détecter les cas positifs et ainsi de les tracer de manière efficace", ajoute-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter