Covid-19 : "déjà une troisième vague" dans les hôpitaux de Marseille

Covid : à Marseille, les soignants n’hésitent plus à parler de 3e vague

INQUIÉTUDES - Si les vaccins offrent un nouvel espoir, en France comme partout dans le monde, une troisième vague du Covid-19 se profile. À Marseille, elle semble déjà toucher les hôpitaux.

Ces derniers jours, des analyses des eaux usées en Île-de-France ou encore à Marseille ont laissé craindre l’arrivée d’une troisième vague du Covid-19. À Marseille, où les prélèvements réalisés sur 37 points de la ville ont révélé une présence du virus en forte hausse, les hôpitaux indiquent être déjà confrontés à cette fameuse troisième vague. Ainsi, depuis vendredi dernier, le service de médecine interne de l’hôpital Nord de la cité phocéenne s’est de nouveau transformé en unité Covid.

"Cette unité s’est remplie en l’espace de 36-48 heures, ce qui annonce le début de la troisième vague", alerte le chef du service de médecine interne et gériatrique de l'établissement, Pascal Rossi. Dans ce service, les malades ont besoin d’oxygène et d’une surveillance accrue. En tout, 172 patients sont pris en charge dans les hôpitaux publics de Marseille, avec une forte augmentation depuis dix jours.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Tous les matins, la course aux lits disponibles se fait toujours plus pressante pour accueillir les nouveaux patients. Une attention accrue qui ne doit pas mettre de côté les patients hospitalisés pour d’autres maladies. "Il y a les patients Covid, mais il y a aussi les autres, qu’il ne faut pas délaisser. C’est un équilibre périlleux mais qu’on essaye de maintenir du mieux qu’on peut", indique le docteur Anne-Laurence Demoux.

Toujours à l’hôpital nord, le service de réanimation prend en charge les patients de toute la région, les plus atteints par la maladie. "Il y a encore des malades de la deuxième vague, et certains sont là encore pour longtemps. Donc la troisième vague, qui est pour l’instant un peu moins forte mais néanmoins présente, vient ajouter des malades sur un système qui était déjà bien complet", signale Dr. Jean-Marie Forel, chef de service de médecine intensive et réanimation.

Lire aussi

Un manque de personnel qui inquiète

Cette longue bataille contre l’épidémie, qui dure depuis dix mois, épuise les équipes de soignants. "On est fatigués, comme dans tous les autres hôpitaux. Il faut redoubler d’efforts, on a déjà une troisième vague, donc c’est compliqué", explique une membre du personnel de l’établissement hospitalier. Cette nouvelle vague inquiète les médecins, qui craignent un manque d’effectifs pour les prochaines semaines.

"Le personnel en renfort qui avait pu nous donner un petit coup de main, au printemps dernier ou à l’automne, est reparti dans les autres services pour pouvoir les faire fonctionner", déplore le docteur Laurent Papazian, chef du pôle réanimation des détresses respiratoires et infections sévères à l’hôpital Nord. Pour faire face à l’afflux de malades dans les prochains jours, des transferts de patients dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) sont envisagés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Confinement dans le Pas-de-Calais, nouveaux départements sous vigilance... Ce que devrait annoncer Jean Castex ce jeudi

EN DIRECT - Covid-19 : avec 3.633 patients concernés, le nombre de malades en réanimation reste stable

"Surveillance renforcée" : ces nouveaux départements qui pourraient basculer ce soir

Allocations Pôle Emploi : trois cas pour comprendre le nouveau calcul

Restaurants : les solutions envisagées pour les rouvrir

Lire et commenter