VIDÉO - Essais cliniques de candidats vaccins contre le Covid-19 : ce qui attend les volontaires

VIDÉO - Essais cliniques de candidats vaccins contre le Covid-19 : ce qui attend les volontaires

ÉPIDÉMIE - L’Inserm a lancé jeudi une plate-forme pour recruter des volontaire afin de tester des candidats vaccins contre le Covid-19. Les essais cliniques prévus sont d’une ampleur inédite en France. En 48 heures, plus de 18.500 se sont déjà inscrits sur le site dédié.

Elle porte le numéro 44, c’est l’une des toutes premières volontaires à participer à des essais de candidats vaccins contre le Covid-19. D'ici quelques semaines, la quadragénaire recevra deux doses  soit du candidat vaccin soit du placebo, puis elle devra effectuer quelques bilans sanguins et surtout alerter l’équipe médicale en cas d’effets secondaire. Un suivi dont la durée est prévue pour durer entre un et deux ans. "Tout au long de la période de suivi, en cas de problème, le participant peut nous contacter de jour comme de nuit, y compris les week-ends", souligne le Dr Marie Lachâtre, médecin au centre d’investigation clinique de l’hôpital Cochin (AP-HP) à Paris.

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui pilote ces essais cliniques d’une ampleur inédite en France, espère à terme convaincre 25.000 hommes et femmes de plus de 18 ans à "participer à un défi historique au côté de la communauté médicale et scientifique". En 48 heures, plus de 18.500 hommes et femmes se sont déjà inscrits sur la plateforme d'information et d'inscription "Covireivac", qui a été mise en ligne ce jeudi 1er octobre. Les volontaires sont invités à remplir un questionnaire de santé (âge, état de santé, hôpital le plus proche…), qui permettra aux chercheurs de sélectionner les volontaires en fonction de leurs besoins. 

Toute l'info sur

Le 20h

Notre priorité est de s'assurer que ces potentiels vaccins ne présentent d’effets indésirables trop importants ou trop fréquents.- Le Pr Odile Launay, du Centre d’investigation clinique de l’hôpital Cochin (AP-HP).

La plateforme est dimensionnée pour mener jusqu'à cinq essais de phase 2 (choix de la dose et du calendrier des injections sur 50 à 500 personnes), ainsi que trois essais de phase 3, qui réclament plusieurs milliers de personnes pour évaluer si le vaccin est sûr et protège du Covid-19. Pour ces derniers, il ne s’agit en aucun cas de leur injecter le virus vivant. Ces essais concerneront des vaccins qui ont déjà démontré qu’ils ne sont pas toxiques et dont on sait de manière certaine qu’ils génèrent des anticorps. Reste encore à démontrer leur efficacité sur la population générale. 

Lire aussi

"Ce qu’on veut démontrer, c’est que le vaccin permet d’éviter l’infection. Mais ce ne sera probablement pas le cas à 100%. Mais on va pouvoir regarder s'il y a moins d’infections chez les vaccinés que chez ceux qui ont reçu un placebo", explique le Professeure Odile Launay, coordinatrice de Covireivac (Inserm) au sein du Centre d’investigation clinique de l’hôpital Cochin (AP-HP) à Paris. "Notre priorité est de s'assurer que ces potentiels vaccins ne présentent d’effets indésirables trop importants ou trop fréquents", insiste-t-elle. A ce jour, l’Inserm ne sait pas quels potentiels vaccins seront testés. Seule certitude, les vaccins russes et chinois ne seront pas concernés.

Les essais cliniques devraient démarrer d’ici à la fin de l’année et s’étaler sur deux ans. Pour l'instant, il n'y a qu'un essai de phase 1 (première administration sur un nombre limité d'individus sains, de 10 à 100) en cours en France, celui de l'Institut Pasteur. Des essais de phase 3 sont en cours à l'étranger, mais aucun en France où la circulation du virus n'était pas suffisante jusqu'alors. Pour évaluer l'efficacité, "les régions choisies seront celles où le virus circule le plus comme par exemple l’île-de-France, la région lyonnaise et l'Est", précise le Dr Launay. On estime qu’il faudra entre 4 et 6 mois d’observations à grande échelle pour avoir de premiers résultats. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter