Face à la progression de l'épidémie, la Guyane craint un nouveau confinement

Face à la progression de l'épidémie, la Guyane craint un nouveau confinement
Santé

INQUIETUDES - Les mesures sont de plus en plus strictes en Guyane où la situation épidémique devient préoccupante. Déjà soumis au couvre-feu, le département se dirige-t-il vers un reconfinement ?

Lundi, le ministre de la Santé a indiqué que la situation de l'épidémie de Covid-19 en Guyane était "jugée très préoccupante par les autorités sanitaires". Selon la Direction générale de la Santé (DGS), le virus circule en effet  "activement" dans le département, "en particulier le long du littoral et dans l'ensemble des villes du territoire". 

Une situation qui inquiète au plus haut point la population, obligée de respecter un couvre-feu de 19h à 5h, valable également pour aller dans les commerces ou les restaurants. Pour veiller au respect de ce couvre-feu, les gendarmes effectuent des contrôles systématiques à Cayenne. Ces mesures sont globalement bien acceptées. A quelques exceptions près. "Dès 19h, on continue à croiser des gens qui ne sont pas forcément en règle et qui sortent pour des mauvaises raisons : aller retirer de l'argent, aller chercher à manger, aller rendre visite à la famille, boire l'apéritif ..." explique un officier à TF1.

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Face à la menace grandissante du virus, un nouveau confinement est donc à craindre pour le département, qui compte un taux d'incidence largement supérieur au seuil d'alerte - pour rappel, ce taux d'alerte s'élève à 50 tests positifs pour 100 000 habitants. De son côté, le facteur de reproduction, c'est-à-dire le nombre de nouvelles personnes contaminées en moyenne par chaque personne malade, "y est supérieur à 2" selon la DGS, alors qu'il doit être en-dessous de 1 pour que l'épidémie se termine.  "La  montée du pic fait peur, dans le sens où on se demande si on aura la possibilité suffisante pour hospitaliser ces gens" s'inquiète le Dr. Serge Plenet, biologiste et médecin généraliste à Cayenne. 

Pour lutter contre cette recrudescence de l'épidémie, la construction d'un hôpital de campagne doit démarrer dans les jours qui viennent, alors que des malades pourraient être envoyés vers des hôpitaux de Guadeloupe et de Martinique. En visite à Cayenne ce mardi, la ministre des Outre-mer Annick Girardin doit également annoncer de nouvelles mesures pour lutter contre l'épidémie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent