VIDÉO - Vipère, méduse, tique, guêpe… On vous montre comment repérer les principales piqûres et y remédier

Santé
DirectLCI
MÉMO - Avec l’été, voici venu le moment des activités en extérieur. Mais avec elles aussi, quelques désagréments : les piqûres et morsures d’insectes ou animaux en tout genre. Attention, elles ne sont pas toujours faciles à identifier et toutes les solutions ne s’y appliquent pas. Petit tour d’horizon des principales situations que vous risquez de rencontrer durant les vacances.

Baignade, randonnée, balade en forêt ou jeux au parc : l’été est la période propice à toutes sortes d’activités en extérieur ou tout simplement le temps idéal pour se poser en extérieur. Mais avec tout ce temps passé au grand air, on s’expose aussi à venir enquiquiner un peu la nature et ses habitants. Au risque de quelques désagréments, à commencer par des piqûres d’insectes et autres animaux.


Il est important de commencer par bien s’équiper notamment pour les promenades. Ne partez pas en sandales vous balader dans les broussailles. Couvrez votre tête et vos bras si vous êtes dans une zone humide, voire marécageuse. Et si par mégarde ou manque de chance, vous finissez par être piqué ou mordu, il faut savoir réagir vite pour éviter des conséquences parfois graves.

Piqûre de moustique

Comment la reconnaître ? La piqûre d’un moustique provoque une irritation de la peau en raison de l’injection par sa salive d’anticoagulants. Un bouton plus clair peut apparaître au cœur de la rougeur d’environ 1 cm de diamètre. Parfois, il s’avérera douloureux. Il pourra laisser une trace plus large et importante s’il s’agit de celle d’un moustique-tigre (celui-ci est rayé noir et blanc).


Que risque-t-on ? Une bonne démangeaison durant plusieurs jours. Une piqûre de moustique-tigre est à l’origine de maladie comme le chikungunya, le zika ou la dengue. Si vous êtes piqué par un moustique porteur du virus de la maladie, il y a un délai de quatre à sept jours avant de voir les symptômes apparaître (fièvre modérée à forte, grande fatigue, maux de tête, conjonctivite, douleurs articulaires ou musculaires).


Comment réagir ? Ne surtout pas gratter car cela va diffuser les anticoagulants et aggraver la situation, donc la démangeaison. Cela peut aussi offrir un terrain fertile au développement d’une infection. Traitez rapidement la région avec des huiles essentielles en crème ou roll-on si vous n’aimez pas pur, à l’aide d’un gant très froid ou très chaud pour apaiser. 

Morsure de tique

Comment la reconnaître ? En général, la tique est encore sur votre peau et donc facile à repérer malgré sa petite taille (une forme ovale de 1 à 8 mm). Sa tête est enfouie et son corps en extérieur. Vous pouvez aussi voir apparaître une zone rouge qui va s’étendre en cercle autour de la morsure, comme une bonne irritation. Elle va se nourrir de votre sang en restant accrochée.


Que risque-t-on ? Plus généralement, une morsure peut avoir pour conséquence une poussée de fièvre, de la paralysie temporaire de la zone concernée. La maladie de Lyme est l’une des conséquences les plus dramatiques d’une morsure de tique et elle peut apparaître des années plus tard. Car la salive des tiques peut aussi transmettre des bactéries ou des virus qui vont se nourrir du sang.


Comment réagir ? Si la tique est retirée dans les 24 heures, vous pouvez vous en tirer avec une simple boursouflure. Le plus vite est le mieux. Dès que vous apercevez une tique sur vous, prenez un tire-tique pour la retirer le plus rapidement possible en saisissant prioritairement la tête dans un mouvement continu. Désinfectez ensuite la zone avec un antiseptique, de l’alcool ou du savon et de l’eau. Contrairement à la légende, n’utilisez pas d’éther ou d’alcool car cela pourrait plutôt faire réagir la tique dans le mauvais sens et lui faire régurgiter de la salive potentiellement infectée. Si la rougeur et le gonflement persistent, consultez un médecin. En revanche, des symptômes comme la fièvre, une grosse fatigue, des douleurs articulaires ou des lésions cutanées peuvent apparaître des semaines plus tard.

Morsure d’araignée

Comment la reconnaître ? Vous voyez apparaître sur votre peau une rougeur avec deux trous au milieu. S’ensuivent gonflement, démangeaisons et rougeurs. Il est possible d’avoir été piqué plusieurs fois par une araignée.


Que risque-t-on ? Selon le type d’araignée et sa toxicité, la morsure peut causer des maux de tête et des nausées, mais aussi des allergies provoquant des œdèmes de Quincke et des troubles musculaires.


Comment réagir ? Désinfectez la plaie avec un antiseptique. Vous pouvez aussi appliquer une crème anti-démangeaison. Dans les cas les plus graves, un sérum antivenimeux peut être nécessaire.

Piqûre de méduse

Comment la reconnaître ? Une piqûre de méduse se traduit par une démangeaison et le développement d’une urticaire sur la peau dus aux filaments laissés par le contact avec les tentacules.


Que risque-t-on ? Ne cherchez jamais à aspirer la piqûre, vous contamineriez votre bouche. Une piqûre de méduse entraîne souvent une sensation de brûlure voire des douleurs.


Comment réagir ? Ne vous grattez surtout pas ! Retirez tous les fragments autour de la piqûre à l’aide d’une pince à épiler ou de gants pour ne pas être contaminé. Vous pouvez utiliser du sable (ou de la mousse à raser si vous en avez sous la main) pour frotter la zone sur laquelle il resterait des mini-fragments. A l’aide d’une carte bancaire, raclette ou toute autre surface lisse et rigide, raclez la zone. Mais ne frottez pas la piqûre, vous risqueriez d’étaler le liquide. Il faut nettoyer la plaie avec de l’eau de mer et non de l’eau douce ou de l’alcool qui risqueraient d’éclater les vésicules et d’accentuer l’urticaire. Pour certaines brûlures, il faut opter pour du vinaigre beaucoup plus efficace. N’urinez pas sur la plaie, ça ne sert à rien et peut aggraver la situation. Sur la piqûre, vous pouvez ensuite appliquer de la Biafine pour apaiser l’effet brûlure.


La piqûre de vive, petit poisson vivant dans les fonds sablonneux, présente des symptômes assez similaires (maux de tête sévères, fièvre, vertiges, palpitations, etc.). Cela se traduit souvent par des nausées quasi immédiates et assez longues (20 à 50 minutes). Pour ôter le venin, il faut le détruire par la chaleur en versant de l’eau chaude, en approchant une cigarette allumée près de la peau ou en appliquant l’air chaud du sèche-cheveux. Il est nécessaire ensuite de nettoyer et de désinfecter la plaie.

Morsure de vipère

Comment la reconnaître ? La vipère injecte son venin profondément pour immobiliser sa proie qu’elle prend par surprise. Cela va être douloureux car profond. La vipère n’injecte pas forcément son venin lors de la morsure. On ne peut alors voir apparaître que la trace des deux crochets sans réaction. Il arrive cependant, qu’avec la présence de venin, cela provoque un gonflement immédiat de la zone en raison d’une infection locale.


Que risque-t-on ? Entre 30 et 60 minutes après la morsure, les premiers symptômes digestifs, cardiovasculaires et  respiratoires peuvent apparaître (gonflement, douleur intense, vomissements, nausées, diarrhée, tachycardie…). La morsure peut s’avérer également plus grave voire mortelle dans de très rares cas si l’œdème s’est étendu, provoquant état de choc et saignements.


Comment réagir ? Il faut agir vite sans s’affoler. Appelez immédiatement les urgences (le 15 ou le 112). Retirez tout ce qui peut entraîner une compression de la zone (bijoux, vêtement trop serré, chaussures, etc.). Surélevez le membre touché pour limiter le gonflement. Evitez de sucer la morsure pour en extraire le venin. Désinfectez plutôt la plaie avec un antiseptique. Il faut aussi penser à immobiliser le membre à l’aide d’une bande pour ralentir la propagation, mais sans trop serrer pour ne pas créer un œdème plus important.

Piqûre de guêpe, d'abeille ou de frelon

Le frelon est plus grand (de 20 à 35 mm) que sa cousine la guêpe (10 à 18 mm), plus velu et d’aspect plus orangé, mais il pique tout autant quand il se sent en danger. Commencez par éviter les gestes brusques.


Comment la reconnaître ? Lors d’une piqûre, une légère boursouflure apparaît sur la zone concernée devenue rouge. On y aperçoit souvent au centre le dard laissé par notre agresseur volant.

Que risque-t-on ? Une démangeaison dans la majeure partie des cas. Mais chez certaines personnes allergiques au venin de guêpe ou frelon, les conséquences peuvent aller jusqu’au coma à la suite de réactions allergiques et/ou toxiques. Les symptômes dans les cas les plus délicats vont de difficultés à respirer ou avaler aux vomissements en passant par des gonflements de la gorge voire des yeux.


Comment réagir ? S'il est resté, tentez de retirer le dard d'une abeille avec votre ongle ou une carte de crédit (mais surtout pas une pince à épiler car vous risquez de libérer encore plus de venin !). Pensez à retirer tout ce qui peut gêner la circulation du sang en cas de gonflement (bague, ceinture, chaussures, vêtements serrés…) et à surélever la zone piquée. Désinfectez à l’eau et au soleil avant de passer une solution antiseptique sur la piqûre puis une crème calmante au calendula. Vous pouvez prendre de l’aspirine si vous commencez à avoir des douleurs. Si vous êtes piqué dans la bouche ou la gorge, sucez un glaçon et appelez votre médecin ou les secours (15 ou 112). En cas de réaction plus grave, allongez la personne concernée en position latérale de sécurité. Si vous en êtes équipés, utilisez un stylo d’adrénaline auto-injectable.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter