Vaccination contre la grippe : ce qu'il faut savoir

Vaccination contre la grippe : ce qu'il faut savoir

ÉPIDÉMIE - La campagne de vaccination contre la grippe démarre vendredi dans les pharmacies. Quelles personnes sont concernées ? Quid de la combinaison avec la troisième dose du vaccin anti-Covid-19 ? On fait le point

Les doses sont déjà au réfrigérateur. Comme chaque année, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière va débuter avant l'hiver pour éviter une épidémie de grande envergure, susceptible cette fois-ci de se combiner avec la circulation du coronavirus. 

Toute l'info sur

L’épidémie de grippe saisonnière

Voici ce qu'il faut savoir sur cette opération menée de front avec la campagne de rappel du vaccin anti-Covid. 

À partir de quand ?

La campagne de vaccination anti-grippale a débuté ce lundi 18 octobre dans les Ehpad et les établissements de santé. La Direction générale de la santé (DGS) a, par ailleurs, annoncé que certains patients prioritaires, bénéficiaires d'un bon adressé par la caisse d'Assurance maladie, débuterait le vendredi 22 octobre. Cette seconde phase de vaccination a été avancée de quatre jours pour prévenir au maximum une forte épidémie de grippe qui pourrait survenir en même-temps que le Covid, "augmentant le risque de co-infection et de développement de formes graves et de décès"

Pour la population générale, en revanche, il faudra attendre le mardi 23 novembre. Toutefois, les plus pressés pourront prendre rendez-vous chez leur médecin.

Pour qui ?

La vaccination contre la grippe s'échelonne en plusieurs étapes. Tout d'abord, elle concerne donc en priorité, dès le 18 octobre, les résidents des Ehpad et des établissements de santé. À compter du 22 octobre prochain, ce sont les personnes vulnérables qui y seront éligibles. 18 millions de Français sont prioritaires pour ce vaccin, des personnes considérées comme à risque d’être contaminées ou de développer des formes graves, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran. Ces dernières sont tout à la fois les personnes de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les personnes obèses, immunodéprimées ou souffrant de maladies chroniques, les professionnels en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère. Les entourages des personnes immunodéprimées et des nourrissons de moins de six mois - qui présentent des facteurs de risque de grippe grave - sont également concernés. "En fonction de la dynamique de la campagne et des premières estimations de couverture vaccinale, cette priorisation pourra être adaptée", précise la DGS.

Enfin, le 23 novembre prochain, la vaccination contre la grippe sera ouverte à tous les Français.

Où ?

La vaccination contre la grippe s'effectue dans toutes les pharmacies de France. "On peut venir à n’importe quel moment d’ouverture de la pharmacie pour se faire vacciner. Les gens viennent, ils ont l’habitude. Tous les ans, on leur fait la piqure, il n’y a pas de problème", explique dans le reportage en tête de cet article, Yannick Nonn, pharmacien à Strasbourg.

Quels vaccins ?

Le ministère de la Santé a commandé un nombre important de doses de vaccin contre la grippe, 17% de plus que l'année passée. Au total, dix millions de doses seront disponibles "dans les frigos des pharmacies au moment où la campagne vaccinale commencera", a affirmé Olivier Véran. Pour la campagne 2021-2022, trois vaccins antigrippaux sont disponibles : Vaxigrip Tetra, Efluelda, et Influvac Tetra. "Avant l’âge de trois ans, seul Vaxigrip Tetra peut être utilisé. À partir de trois ans, les vaccins Vaxigrip Tetra et Influvac Tetra peuvent être utilisés indifféremment selon les recommandations de la Haute Autorité de santé. Pour les 65 ans et plus, les trois vaccins peuvent être utilisés indifféremment", précise la DGS. 

Quid du Covid-19 ?

Cette année, la vaccination antigrippale pourra en parallèle se faire avec le rappel pour la troisième dose contre le coronavirus. Il n'y a aucune contre-indication pour les recevoir au même moment. "La haute autorité de santé a donné son feu vert. On peut donc, par exemple, injecter l’un des vaccins dans le bras gauche et l’autre dans le bras droit", confirme Alain Boetsch, pharmacien et président de la chambre syndicale des pharmaciens du Bas-Rhin. "L’expérience acquise de longue date en matière de vaccination montre que la co-administration de plusieurs vaccins n’est pas dangereuse pour le système immunitaire et ne compromet pas leur efficacité", complète la DGS. 

Cette double vaccination est même recommandée par les autorités de santé. "Pour favoriser la synergie des campagnes de vaccination de rappel contre le Covid-19 et de vaccination contre la grippe, et ainsi assurer un haut niveau de protection pour les populations les plus fragiles, il vous est demandé de promouvoir systématiquement les deux vaccinations auprès des personnes ciblées par les recommandations", souligne la Direction générale de la santé. 

Lire aussi

Les premiers résultats de l'étude ComFluCOV au Royaume-Uni semblent d'ailleurs démontrer que la co-administration des deux vaccins serait bien tolérée et n’induit aucune baisse de la réponse immunitaire à l’un ou à l’autre. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : "une dizaine" de cas possibles du variant Omicron en cours d'analyse en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.