Info / Infox : la balance bénéfice-risque est-elle en faveur de la vaccination des adolescents ?

Info / Infox : la balance bénéfice-risque est-elle en faveur de la vaccination des adolescents ?

En France, la vaccination des adolescents de plus de 12 ans a commencé mardi dernier. Cela a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux avec aussi comme toujours de fausses informations. Est-il vraiment utile de vacciner les 12-17 ans ?

Une publication sur un réseau social résume à elle seule toutes les craintes des internautes. "Il n'y a pas de bénéfice pour un enfant à être vacciné", "Le risque du vaccin existe bien". On a même des groupes qui se créent avec le #TouchePasAMesEnfants. Une étude a été réalisée à travers toute l'Europe concernant l'utilité ou non de la vaccination des adolescents. Elle montre en effet que les 12-18 ans font très peu de formes graves du Covid-19, avec seulement 4% d'hospitalisations. Et leur taux de décès n'est que de 0,03%.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Mais lorsqu'ils sont contaminés même sans symptômes, ils sont aussi contagieux que les adultes. Alors, la Haute Autorité de Santé recommande que la vaccination contre la Covid-19 puisse être proposée à tous les adolescents en bonne santé pour diminuer la circulation virale dans la population. Donc, même si l'intérêt individuel pour l'enfant semble limité, il y a un intérêt collectif à les vacciner.

Mais y a-t-il des effets secondaires chez les adolescents vaccinés ? Les seules données dont on dispose aujourd'hui viennent des essais cliniques de Pfizer. Sur plus d'un millier d'adolescents vaccinés, il n'y avait pas d'effets indésirables graves. On retrouve les mêmes que ceux observés chez les adultes : douleur sur le point d'injection, fatigue, maux de tête. Mais, ce n'est pas la première fois qu'on vaccine les enfants pour une maladie qui est plus grave chez les adultes. "Depuis les années 70, on vaccine les enfants contre la rubéole alors que c'est une maladie bénigne. Elle est surtout dangereuse pour le fœtus chez la femme enceinte", rappelle Laurent-Henri Vignaud, historien de la vaccination.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

Covid-19 : un officier de gendarmerie relevé de ses fonctions pour refus de vaccination

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.