IVG : le progressisme sans limites

IVG : le progressisme sans limites
Santé

LA SEMAINE DE MAZEROLLE - Récemment, les députés ont voté la loi autorisant l'interruption d'une grossesse jusqu'à sa quatorzième semaine. Pourquoi cette décision ?

Toute l'info sur

La Matinale du week-end

Si auparavant, l'interruption volontaire de la grossesse était autorisée à la douzième semaine de gestation, les députés ont voté pour l'étendre à la quatorzième semaine. Pourtant, à cette période, la tête du foetus est ossifiée, ce qui rend l'opération à la fois choquante pour les praticiens et dangereuse pour la mère. Apparemment, cette nouvelle loi aurait été prise pour venir en aide aux femmes qui n'ont pas pu avorter plus tôt faute d'avoir pu être accueillie dans un centre IVG. La bonne méthode serait alors de donner aux hôpitaux la possibilité de gérer l'IVG en urgence et de faciliter le recours à la contraception. Face aux risques, pourquoi l'Etat ne s'était-il pas opposé à cette nouvelle loi ?

Ce dimanche 11 octobre 2020, Olivier Mazerolle, dans la chronique "La semaine de Mazerolle", nous parle de la nouvelle loi concernant l'interruption d'une grossesse à la quatorzième semaine. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale Week-End du 11/10/2020 présentée par Anne Chloé-Bottet sur LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Allemagne : Angela Merkel annonce un reconfinement partiel de quatre semaines dès lundi

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent