Marisol Touraine à l'assaut des idées reçues contre le PrEp, le traitement préventif du VIH

DirectLCI
INTERVIEW LCI - Deux ans après avoir autorisé la commercialisation de la PrEP - la "pillule anti-sida" - et son remboursement en France, Marisol Touraine revient pour LCI sur les raisons de ce choix à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida. L'ex-ministre de la Santé répond sans langue de bois aux détracteurs de ce traitement préventif.

"Je suis favorable à la publication d’une recommandation temporaire d’utilisation du Truvada, un médicament qui doit nous permettre d’avancer significativement dans la lutte contre le VIH." Le 23 novembre 2015, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, annonçait l'autorisation en France de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) - un traitement préventif du sida - et son remboursement intégral par la Sécurité sociale. 


Deux ans plus tard, entre 5.000 et 6.000 personnes seraient sous PrEP en France, dont une grande majorité d'hommes homosexuels. A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, l'ancienne ministre de la Santé revient en exclusivité pour LCI sur les raisons qui l'ont poussée à commercialiser ce traitement, aujourd'hui uniquement disponible en France et aux Etats-Unis, et répond sans détour à ceux qui s'opposaient et continuent de s'opposer à la PrEP.

On entendait le même genre de discours lorsque certains considéraient qu’il ne fallait pas rembourser la pilule ou l’avortement.Marisol Touraine, ancienne ministre de la Santé

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter