Journée mondiale du diabète : comment le dépister et lutter à temps contre ses dangers

DirectLCI
SANTÉ - En France, environ 3,5 millions de personnes souffrent de diabète. À l'occasion de la journée mondiale consacrée à cette maladie, qui se tient chaque année le 14 novembre, le docteur Gérald Kerziek explique les causes de cette pathologie, distingue les différents types de diabète et revient sur les risques pour la santé de celui qu'on dit de type 2.

"On ne devrait pas dire le diabète, mais les diabètes", estimait l'an dernier le docteur Gérald Kerziek sur le plateau de LCI lors de la journée mondiale consacrée à cette maladie (nous republions cet article à l'occasion de cet événement ce mardi 14 novembre) . Celle-ci se décline en effet sous deux formes : le type 1 et 2. Les personnes atteintes de la première sont victimes d'un dysfonctionnement du pancréas. Celui-ci n'est plus capable de sécréter de l'insuline, une hormone capable de faire baisser le taux de sucre. "C'est un diabète plutôt réservé aux sujets jeunes", expliquait le médecin. Le diabète de type 2, lui, provient d'une résistance développée à l'insuline. "Cela concerne 90% des diabétiques. Il s'agit plutôt d'un sujet qui a plus de 40 ou 50 ans, qui a un peu d'embonpoint".

Le sourd danger du diabète de type 2

Contrairement au diabète de type 1, qui entraîne des symptômes visibles et un dépistage rapide, le diabète de type 2 est "beaucoup moins parlant, beaucoup moins bruyant", précisait Gérald Kerziek. Il peut évoluer pendant des années en sourdine, sans forcément provoquer de symptômes. Pourtant, sous l'apparente bonne santé d'un malade, le taux de sucre ne cesse de monter, bouchant les artères. Cette forme de diabète est ainsi l'un des premiers pourvoyeurs d'insuffisance rénale, d'infarctus du myocarde et d'accidents vasculaires cérébraux.

En vidéo

Journée mondiale du diabète : le sourd danger du diabète de type 2

500.000 à 800.000 Français sont des diabétiques qui s'ignorent

Selon l'Assurance maladie, 500.000 à 800.000 Français ignoreraient qu'ils sont atteints de diabète. Leur nombre serait en constante augmentation. Pour prendre la maladie à temps, la meilleure solution est de se faire dépister. Pour cela rien de plus simple : il suffit de se rendre chez son médecin généraliste ou chez son pharmacien. Grâce à une micro-piqûre pratiquée dans le doigt, à jeun, le professionnel peut évaluer le taux de sucre circulant dans le sang. Selon le résultat, il peut être nécessaire de poursuivre le dépistage par deux prises de sang.

Plus d'articles

Sur le même sujet