Troubles de l'audition : 2 millions de Français de moins de 50 ans concernés

Troubles de l'audition : 2 millions de Français de moins de 50 ans concernés

SANTÉ - Les troubles auditifs ne concernent pas uniquement les personnes âgées. À l'occasion de la journée nationale de l'audition, les professionnels de santé incitent à consulter dès les premiers signes, quel que soit l'âge.

À tout juste 16 ans, Camille doit se rendre chez un ORL. L’adolescente souffre d’une surdité à l’oreille gauche. "Le soir, quand j’allais me coucher, je m’étais ma tête sur mon oreiller pour regarder des vidéos. Je me suis rendu compte que j’avais besoin de lever légèrement la tête pour bien entendre", explique la jeune fille. Comme elle, deux millions de personnes de moins de 50 ans souffrent d’une déficience auditive. 

Pour le Dr Frédéric Morand, médecin ORL à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), des signes doivent alerter et inciter à consulter, quel que soit l'âge : "Il y a des gens qui ont ce qu’on appelle une surdité brusque et puis il y a ceux qui vont avoir progressivement des difficultés dans la vie de tous les jours", explique ce spécialiste. Mais il y a aussi nos modes de travail, comme les bureaux ouverts, qui peuvent être à l'origine d'une gêne. 

Toute l'info sur

Le 13h

Gare à l'impact du télétravail sur l'audition !

Le télétravail est aussi un motif de consultation de plus en plus fréquent. À l'occasion de la Journée nationale de l’Audition ce mardi 9 mars, une enquête de l’institut IFOP révèle que plus d’un tiers des personnes qui travaillent à distance ont déjà ressenti des troubles auditifs après l’usage d’un casque ou d’écouteurs. "La solution la plus simple est de limiter l’intensité sonore et limiter la durée de travail de l’oreille, en faisant quelques pauses", conseille le Dr Frédéric Morand. 

Lire aussi

Pour ceux qui doivent s'appareiller, si le prix élevé des dispositifs médicaux a été pendant longtemps un frein, depuis le 1er janvier, plus besoin de débourser le moindre centime pour acquérir le modèle de base. Grâce au dispositif "100% santé", ces appareils sont entièrement pris en charge par la Sécurité sociale et les complémentaires santé. Une mesure qui porte ses fruits avec une hausse de 10 à 20% du nombre de rendez-vous pour s'appareiller.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter