"Les arbres nous soignent ! " : on a rencontré le Dr Qing Li, l'expert mondial en sylvothérapie

DirectLCI
NATURE - Pourquoi ne pas profiter du week-end pour faire un "bain de forêt" ? Selon, le docteur Qing Li, membre fondateur de la société japonaise de sylvothérapie et auteur de "Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt" (Editions First), une simple balade au milieu des arbres contribuerait à faire baisser le stress et l'anxiété. Rencontre...

Les arbres ont le pouvoir de nous apaiser. "Foutaise ! ", me direz-vous. Et bien après avoir rencontré le docteur Qing Li, une sommité dans le domaine de la sylvothérapie, on se ravise. Ce médecin et biologiste reconnu, professeur à l'école de médecine de Tokyo, a mené différentes études scientifiques sur le sujet. Il les a condensées dans un livre, Shinrin Yoku, l'art et la science du bain de forêt (Editions First). Et ses conclusions sont claires : marcher dans les bois ou dans un grand parc a un effet positif sur le stress, l’arthrose, l’insomnie, l’anxiété ou encore l’hypertension. Attablé dans un café, tout près de la Seine, lors d'un passage à Paris, il nous accueille souriant et affable, pressé de nous transmettre ses connaissances...

Etre simplement en contact avec la nature, en connexion avec elle, par l’intermédiaire de ses cinq sens. Dr Qing LI

LCI : En quoi consiste le "bain de forêt" ?

Dr Qing Li : Dans les années 1980, le stress est devenu un problème de santé publique au Japon. Et nous savons que plus nous sommes stressés, plus nous tombons malades. A travers son agence forestière, le gouvernement a donc décidé de lancer un projet de sylvothérapie en développant le "bain de forêt" (ndlr : Shinrin Yoku en japonais). Ce terme a été inventé en 1982 par le ministre de l'agriculture, qui a déclaré que le peuple japonais avait besoin de retrouver le bien-être grâce à la nature. L'objectif est de passer du temps en forêt, pour se ressourcer et se relaxer. Ce concept a également fait partie d'une campagne de protection des forêts : car si on incitait les gens à aller en forêt pour prendre soin de leur santé, ils seraient plus enclins à la protéger. Aujourd'hui cette pratique est reconnue pour son efficacité.

LCI : Comment pratique-t-on le bain de forêt ?

Dr Qing Li : Le premier point important, c'est de se trouver dans une forêt dense car plus il y a d’arbres, plus les effets de la sylvothérapie seront importants. Mais attention il ne s’agit pas de faire du jogging ou de la randonnée, mais d’être simplement en contact avec la nature, en connexion avec elle, par l’intermédiaire de ses cinq sens. Par la vue, en admirant le paysage, l’ouïe en écoutant par exemple les gazouillis d'un oiseau ou le bruit des feuilles dans les arbres, l’odorat, l'odeur, le parfum de la forêt, le toucher si l'on caresse le tronc des arbres ou si l'on marche pieds nus, et enfin le goût si l'on cueille des fruits dans la forêt.

En vidéo

Sylvothérapie, la thérapie par les arbres

LCI : Quels sont les effets bénéfiques constatés scientifiquement ?

Dr Qing Li : Dès les années 1990, des chercheurs ont montré que le fait de marcher dans la forêt améliorait l'humeur et donnait de l'énergie. Mais ce n'est qu'en 2004, qu'une étude scientifique sérieuse a démarré sur le sujet. Nous avons fait séjourner en forêt pendant 3 jours et 2 nuits douze quinquagénaires en excellente santé et nous avons mesuré le niveau de leur système immunitaire ainsi que leur niveau de stress avant et après ce séjour. Résultat, nous avons constaté que le nombre de cellules tueuses naturelles (il s'agit d'un type de globules blancs, ndlr) avait augmenté après le séjour. Il en va de même pour les protéines anti-cancer, qui étaient plus nombreuses et plus actives. Par ailleurs, nous avons constaté que le taux d'hormones du stress diminuait, tout comme les sentiments négatifs. Par exemple, l'inquiétude, les états de dépression, de fatigue, de colère ou de confusion étaient atténués. Alors qu'au contraire des sentiments positifs comme l'énergie et la vigueur étaient renforcés.

LCI : Pourquoi les arbres produisent-ils ces effets ?

Dr Qing Li : J'ai évoqué un peu plus haut l'éveil des cinq sens en forêt et j'aimerais insister sur l'odorat, qui est peut-être le plus influent de tous. En forêt, l’atmosphère est riche en terpènes ou en phytoncides, des essences odorantes produites par les arbres. On sait aujourd'hui qu'en les inhalant, on accélère l’activité des lymphocytes (des globules blancs qui jouent un rôle importants dans le système immunitaire) ou la sécrétion de la sérotonine, l'hormone du bonheur. Ce sont également ces molécules odorantes qui apaiseraient nos humeurs et favoriseraient notre système immunitaire.

Faites entrer la forêt au bureau

LCI : Un autre exemple m'a frappé dans votre livre, celui de ces patients à l'hôpital qui se rétablissent plus vite quand la fenêtre de leur chambre donne sur des arbres...

Dr Qing Li : Je tiens à préciser que je n'ai pas mené moi-même cette enquête, c'est le résultat d'une étude américaine. Il y a deux types d'effets après des séances de bains de forêt : les premiers sont en général plutôt psychologiques et les deuxièmes plus physiques. Quand nous parlons de ces patients qui ont une vue sur la forêt ou sur un parc, nous parlons d'un effet psychologique. Par contre quand je parle du système immunitaire qui est renforcé et du taux de stress qui diminue après avoir respiré certaines odeurs de la forêt, là je parle bien d'un effet physique.

LCI : Vous dites dans votre livre qu'on peut pratiquer le bain de forêt sur son lieu de travail, comment fait-on ?

Dr Qing Li : Il existe différentes solutions : vous pouvez par exemple diffuser des huiles essentielles, mettre des plantes ou des fleurs sur votre bureau, ou carrément écouter une bande audio avec des sons de la forêt. Et si vous avez la chance d'avoir une fenêtre qui donne sur un parc, vous pouvez l'ouvrir et profiter de cette vue. C'est mon cas au Japon : de mon bureau je peux admirer un petit parc et je profite de cette vue pour pratiquer à petite échelle le Shinrin Yoku.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter