Mort de 5 personnes vaccinées en France : "Rien ne permet de conclure à un lien entre la vaccination et ces décès"

Mort de 5 personnes vaccinées en France : "Rien ne permet de conclure à un lien entre la vaccination et ces décès"

COVID-19 - Cinq personnes âgées de plus de 75 ans sont décédés en France après avoir reçu une injection du vaccin Pfizer/BioNTech. Selon les autorités de santé, aucun lien n'est établi à ce stade entre ces morts et une réaction au vaccin anti-Covid-19.

Cinq personnes âgées ayant reçu une injection du vaccin Pfizer/BioNTech sont décédées en France. Des morts "enregistrés par les centres régionaux de pharmacovigilance" de Tours, Nancy et Montpellier, a indiqué le ministère des Solidarités et de la Santé. D'où cette question : la vaccination pourrait-elle être responsable de ces cinq décès ? Une hypothèse écartée par les autorités de Santé. 

Toutes âgées de plus de 75 ans, les cinq personnes décédées souffraient de comorbidité. "Rien ne permet de conclure à un lien entre la vaccination et ces décès. Il s'agit de personnes âgées qui souffraient de pathologies chroniques", estime Céline Mounier, directrice de la surveillance agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM). 

Toute l'info sur

Le 20h

Selon le ministère de la Santé, ces personnes auraient pu décéder "dans les jours qui ont suivi la vaccination sans pour autant présenter des signes de réaction allergique" après l'injection. "Cette population a un très fort risque normal ou habituel de mortalité", ajoute Antoine Pariente, médecin spécialiste en santé publique, au centre régional de pharmacovigilance de Bordeaux. Ainsi, "plus la campagne de vaccination va être importante, plus on va augmenter les probabilités d'observer des décès après la vaccination, tout simplement parce que les décès sont fréquents."

Une population avec un fort risque de mortalité

L'agence du médicament a par ailleurs rappelé le nombre de morts chez les personnes de cette tranche d'âge en dehors du contexte de l'épidémie de Covid-19. Selon l'organisme, 465 résidents d'Ehpad ou d'unité de soin longue durée (USLD) à l'hôpital décèdent chaque jour. Au total, plus de 1.000 sont hospitalisés quotidiennement, d'après un "premier travail" portant sur les années 2018-2019 pour disposer d'éléments de comparaison. Il est donc possible que ces décès soient liés à la fragilité des patients sur lesquels les effets secondaires classiques auraient pu avoir un effet mortel.

Lire aussi

Qu'en est-il sur le plan européen ? " A ce jour, on a 71 observations de décès", a répondu le ministère français de la Santé. On compte 13 décès en Suède, 11 au Danemark. Mais la première place revient à la Norvège avec les morts de 33 personnes âgées ayant reçu une première injection du vaccin Pfizer/BioNTech. Treize d'entre elles étaient atteintes de maladie grave. Une affaire prise au sérieux en Norvège où une enquête a été lancée.

Depuis l'annonce de ces morts, le pays scandinave s'interroge sur sa stratégie vaccinale. L'Institut de la santé publique (FHI) à Oslo a demandé aux professionnels de santé d’évaluer les risques pour les personnes âgées et gravement malades. "Une partie de la population sont si fragiles que ce n'est pas la peine de les vacciner. Ils peuvent voir leur état se dégrader à cause d'effets secondaires tout à fait normaux", a affirmé Camilla Stoltenberg, directrice général de l'institut norvégien de santé publique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter