Le Samu de la Manche lance la première voiture de télémédecine contre le Covid

Le Samu de la Manche lance la première voiture de télémédecine contre le Covid

E-CONSULTATION - Pour aller au plus près des habitants des zones reculées, le Samu de la Manche a déployé une voiture de télémédecine. Une première en France qui pourrait soulager les services d'urgence dans les hôpitaux.

Aux urgences de Saint-Lô, dans la Manche, jusqu’à 70% des patients devraient en théorie être pris en charge par un médecin généraliste. Une situation que déplore le Dr Thomas Delomas, directeur médical du SAMU 50 à Saint-Lô. "Les visites à domicile sont de plus en plus compliquées. Nos collègues libéraux sont saturés et cela crée tout un réservoir de patients qui pourraient être pris en charge en toute sécurité à domicile, mais qui malheureusement sont transportés vers des services d’urgence", souligne le professionnel de santé.

Pour remédier à cette situation, un système ingénieux est expérimenté pour permettre la prise en charge de patients malgré l’absence de médecins à proximité : une voiture de télémédecine. Dans les faits, une équipe associative formée est envoyée chez des patients avec du matériel dernier cri, à savoir une mallette de télémédecine comportant un stéthoscope électronique, un autoscope pour l’intérieur de l’oreille ou même un échographe à utiliser à distance.

Toute l'info sur

Le 13h

Lire aussi

Une consultation à distance très complète

Pour Arnaud Libert, secouriste bénévole pour "Sauv Life", ce système est d’une grande utilité pour les personnes vulnérables : "L’intérêt c’est, pour les gens très symptomatiques ou qui ont des difficultés à se mouvoir, d’aller à leur rencontre et de les prendre en charge globalement." Après un premier bilan du Samu pour s’assurer qu’il n’y a pas d’urgence, un test Covid-19 est réalisé sur place, puis une consultation à distance est réalisée avec un médecin depuis son cabinet. Ce dernier guide ainsi le bénévole.

"Je suis à quelques centaines de kilomètres, presque 200, j’entends parfaitement bien les poumons. (…) C’est une révolution technologique puisqu’on a des outils de diagnostic très qualitatifs", se réjouit le Dr Grégory Szwarc, médecin généraliste à Caen (Calvados), qui peut ainsi effectuer des diagnostics sur des patients à distance. Cette innovation pourrait également avoir un effet bénéfique pour les services d’urgence, qui pourraient économiser grâce à elle 100.000 euros par mois.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : de premiers cas de contaminations au variant anglais détectés en Chine

EN DIRECT - Dès son entrée à la Maison-Blanche, Biden prendra 17 mesures présidentielles pour effacer le bilan de Trump

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Lire et commenter