VIDÉO - Peut-on éviter les produits toxiques dans les cosmétiques ?

VIDÉO - Peut-on éviter les produits toxiques dans les cosmétiques ?

ENQUETE - Depuis de nombreuses années, plusieurs associations dénoncent la toxicité de certains produits cosmétiques de la vie quotidienne. Représentent-ils un danger immédiat ? Peut-on s’en passer ? Produisent-ils des effets similaires chez tout le monde ? On fait le point.

Triclosan, phénoxyéthanol, dioxyde de titane... Autant de substances potentiellement toxiques que l’on retrouve dans la composition de certains cosmétiques (gels douche, shampoing...). La dangerosité de ces produits d’hygiène est régulièrement pointée du doigt ces dernières années. 

Fin août dernier, l’association 60 millions de consommateurs a ainsi publié une étude qui dénonce les "substances problématiques" de produits que nous utilisons tous les jours. Mais alors, que faut-il en penser ? 

Toute l'info sur

Le 20h

Dans quelle mesure certains produits cosmétiques sont-ils toxiques ?

Tout d'abord, un rappel important :  tous les produits concernés sont autorisés par les autorités. La dangerosité immédiate des substances incriminées dans ces cosmétiques doit donc être relativisée. Il s’agit plutôt d’effets secondaires sur le long-terme.  Un contact quotidien avec ces substances peut ainsi créer des effets potentiellement cancérogènes ou sur la reproduction. L’intensité de ces conséquences néfastes varie en fonction du produit. Le gel douche laisse par exemple moins de traces puisqu'il est rincé, contrairement à un dentifrice parfois ingéré. 

Lire aussi

Ces substances produisent-elles des effets similaires chez tous les individus ?

Les réactions allergènes ou cancérogènes – pour ne citer qu’elles – varient en fonction de l’utilisation, plus ou moins régulière, des produits. Les dermatologues rappellent aussi que les individus ne sont pas égaux face à la dangerosité de certaines substances simplement parce que la qualité de leur peau diffère. Les personnes atteintes de maladies de peau sont ainsi plus vulnérables car moins protégées, les substances toxiques étant davantage absorbées. 

Est-il possible de remplacer ces substances toxiques ?

Les laboratoires sont unanimes : le remplacement des substances controversées constitue un travail de longue haleine. Il faut en effet réussir à trouver un substrat qui permette de conserver l’efficacité du produit. Parfois, trop de précipitation peut aussi se révéler contreproductif. L’exemple marquant demeure le remplacement du parabène, potentiellement cancérigène, par la NIT dans certains produits pour les bébés ou le maquillage. Un choix qui a été à l’origine de nombreuses allergies.  

Peut-on se passer de ces produits potentiellement toxiques ?

Les produits naturels demeurent la meilleure solution pour éviter le contact avec des substances controversées. Les cosmétiques solides représentent aussi une belle alternative mais demeurent coûteux (ils coûtent en moyenne 4 fois plus chers que des cosmétiques "traditionnels"). 

Au-delà de ces solutions très tranchées, certains réflexes peuvent aussi permettre de réduire drastiquement les risques, à commencer par la bonne lecture des étiquettes. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : plus de 400 décès à l'hôpital en 24h et environ 4.000 cas confirmés

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier sur son radeau de survie, quatre skippers à son secours

Vendée Globe : Escoffier en détresse, délicate opération de sauvetage en cours

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Loi sécurité, violences policières, maintien de l'ordre... Gérald Darmanin tient sa ligne devant les députés

Lire et commenter