VIDÉO – Pic de pollution : comment moins polluer et comment se protéger

DirectLCI
A NOTRE NIVEAU - Alors qu'un nouveau pic de pollution a débuté à Paris, jeudi 16 novembre, la mairie de Paris a enclenché le stationnement résidentiel gratuit pour inciter les Parisiens à laisser leurs voitures chez eux. L'occasion de republier notre interview de Charlotte Songeur, ingénieure chez Airparif, et ses conseils pour moins polluer et se protéger.

Jeudi 16 novembre, un nouveau pic de pollution a incité la mairie de Paris à rendre gratuit le stationnement résidentiel pour incter ses administrés à ne pas prendre la voiture pour se rendre au travail. Une mesure qui pourrait être complétée, si besoin, par la gratuité des Vélib', la gratuité partielle des Autolib', et pourquoi pas, en cas de prolongement du pic, la restriction des conditions de circulation. 

Pour mieux comprendre les raisons de ce pic de pollution, la façon dont il est mesuré et comment y remédier nous republions notre interview de Charlotte Songeur, ingénieure d'Airparif, le réseau de vigilance de la qualité de l'air en région parisienne.  Comment moins polluer ? Voici ses conseils.

1 – Pas de feu de cheminée

Comme le diesel, le chauffage au bois génère énormément des particules fines. D’après le CNRS,  le 13 décembre 2013, "l'air respiré à Paris au plus fort d'un pic de pollution, équivalait à celui d'une pièce de 20 m2 avec huit fumeurs."  Et selon la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'Énergie "le chauffage au bois contribue à hauteur de 23 % aux émissions totales de particules fines en Île-de-France, soit autant que l’échappement des véhicules routiers."

2 - Laissez la voiture au garage

Afin de limiter les émissions de monoxyde de carbone, Charlotte Songeur insiste sur le déplacement des Français. Plusieurs solutions existent pour ne pas prendre sa voiture personnelle. "Du co-voiturage, du télétravail, comme vous voulez, mais limitez nos émissions", explique l’ingénieure d’Airparif.  Privilégiez les transports en commun, un forfait antipollution à 3,80 euros a été mis en place dans les transports en Île-de-France. 

En vidéo

Particules fines et pics de pollution, le pourquoi du comment

3- Pour votre santé, pensez à aérer

"Il ne faut pas croire qu’en s’enfermant, on se protège de la pollution", continue Charlotte Songeur. En effet, le Haut Conseil de la santé publique conseil en cas de pic de pollution "de ne pas modifier les pratiques habituelles d'aération et de ventilation" même en cas de pic de pollution. Selon le ministère de la Santé, "pour certains polluants", la "concentration est jusqu'à 15 fois plus importante à l'intérieur qu'à l'extérieur", surtout l'hiver, lorsque les fenêtres restent fermées. 

Plus d'articles

Sur le même sujet