Polynésie française : la lutte acharnée contre le covid

Polynésie française : la lutte acharnée contre le covid

Le taux de vaccination est très faible en Polynésie française. Le confinement et le couvre-feu sont prolongés de deux semaines. Des renforts vont bientôt arriver dans les hôpitaux. Et le nombre de morts au quotidien est dramatique.

Sur le parking des urgences, le tri des patients se fait désormais dehors. Une femme âgée sous oxygène est conduite vers l'unité covid. Dans l'archipel, frappé par l'épidémie depuis le début du mois d'août et où l'obésité constitue une comorbidité très courante, les taux d'hospitalisations atteignent des records.

Toute l'info sur

Le WE

La semaine dernière, 25 personnes sont mortes en 24 heures. À l'échelle de la métropole, c'est comme si 6 000 patients étaient décédés, dix fois plus qu'au pire de la crise et encore ne sont pas comptés les nombreux Polynésiens morts chez eux sans avoir atteint l'hôpital. "C'est la seule réanimation de Polynésie donc c'est pour l'ensemble du territoire, c'est pour 270 000 habitants. On est monté de 24 places à 49 places, mais même ça, on a été saturé", indique Dr Tony Tekuataoa, chef du service anesthésie-réanimation.

Dans le hall, sous les toits, une salle de réanimation supplémentaire a été préparée, mais les lits restent vides, non pas faute de patients, mais de personnel. "On est frustré de ne pas pouvoir ouvrir tous les lits à nos dispositions parce qu'on manque encore de ressources. Ça, c'est vraiment un souci pour nous parce qu'on laisse des patients en dehors de la réanimation qui nécessiteraient des soins intensifs et on ne peut pas les prendre parce qu'on n’a pas de la place. On est obligé de les déplacer de faire du Tetris tous les jours", déplore Dr Laure Beaudoin, chef de service anesthésie-réanimation.

Des renforts arrivés ce jeudi de métropole devraient toutefois permettre de soulager un peu les soignants. Par ailleurs, le confinement et le couvre-feu, mis en place il y a 15 jours, ont été prolongés jusqu'au 20 septembre et sont désormais strictement contrôlés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.