Pr Aurélien Rousseau : "Il faut casser cette dynamique épidémique"

Pr Aurélien Rousseau : "Il faut casser cette dynamique épidémique"

INTERVIEW - Le professeur Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France, l'une des régions les plus touchées par la deuxième vague de l'épidémie, est intervenu au 20H de TF1 ce jeudi.

Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France, était l'invité du 20 Heures de TF1 ce jeudi. Il a mis en garde : "La pression sur les hôpitaux est extrêmement forte. Nous avons besoin que nos concitoyens réalisent mieux et réalisent plus ce qui se passe. Nous avons parfois une espèce de sentiment de déni ou de relativisme sur tous les sujets. Or, tous les jours, il y a des gens qui décèdent. Mercredi, plus de 360 personnes sont décédées dans tout l'Hexagone, 75 en Île-de-France. Beaucoup de régions ont déjà connu des chiffres plus élevés que la première vague."

Toute l'info sur

Le 20h

Il a ajouté : "Dans leur vie quotidienne, nos concitoyens intègrent les réflexes qui font baisser le nombre d'interactions sociales. On constatera en début de semaine si le confinement a produit les résultats estompés. S'il faut aller plus loin, il faudra le faire. Mais aujourd'hui, cela passe d'abord par la prise de conscience individuelle. Il faut qu'on ait des résultats rapides pour casser cette dynamique épidémique et faire baisser la pression sur les réas. C'est notre bataille quotidienne et celle des soignants. On a parfois le sentiment que c'est une épidémie aseptisée. C'est par nos gestes quotidiens que l'on peut limiter ce cercle vicieux qui emmène ensuite dans les services hospitaliers."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Feu vert de l'Assemblée nationale à l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin

EN DIRECT - À peine président, Joe Biden signe une série de décrets dont le retour dans l'Accord de Paris

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Hospitalisations : les chiffres de Santé Publique France diffèrent de ceux des hôpitaux, pourquoi ?

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Lire et commenter