Covid-19 : comment la prise en charge des patients s'est améliorée depuis le printemps

Covid-19 : comment la prise en charge des patients s'est améliorée depuis le printemps

MÉDECINE - S'il n’existe pas aujourd’hui de traitement antiviral pour contrer le Covid-19, la prise en charge des malades a fait de nets progrès ces derniers mois. De quoi éviter à bon nombre de patients un séjour en réanimation.

À l’hôpital Paris Saint-Joseph, le taux de mortalité a été divisé quasiment par deux depuis le début de la première vague. Et cela sans grande innovation thérapeutique, seulement grâce à une meilleure gestion des soins des formes sévères de la maladie. Actuellement, en raison de la flambée épidémique, un lit sur deux est occupé par un malade du Covid-19. Mais les séjours en réanimation sont, en revanche, bien moins nombreux aujourd'hui qu'il y a près d'un an, au plus fort de la crise. Et pour cause, la prise en charge des patients hospitalisés pour un Covid-19 a fait de nets progrès ces derniers mois.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Désormais, pour éviter les allées et venues dans les chambres, les malades sont suivis à distance. Ceux qui développent une forme sévère de la maladie sont désormais placés sous oxygène à haut débit, une technique utilisée depuis l’automne et qui a montré de bons résultats pour traiter précocement la maladie. "On l’a appris essentiellement des patients qui étaient non-réanimatoires, mais qui étaient fatalement en salle. Nous arrivons désormais à les faire sortir du service grâce à des hauts débits d'oxygène qu’on n’avait pas l’habitude d’utiliser auparavant", explique le Dr Jean-Jacques Mourad, chef du service de médecine interne au groupe hospitalier Saint-Joseph, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

Même si on en sait un peu plus sur cette maladie, on ne connait pas encore tout- Le Dr Cédric Bruel, chef du service réanimation polyvalente à l'hôpital Paris Joseph

Les soignants ont également appris à utiliser des anticoagulants, pour éviter des embolies pulmonaires et des AVC, ainsi que des corticoïdes. "Nous avons à notre disposition toute une gamme d’anti-inflammatoires. Cela va de la banale cortisone à des biothérapies un peu plus sophistiquées. Ces traitements nous permettent d’éviter le passage en réanimation", souligne le Dr Jean-Jacques Mourad. Mais, pour l'heure, pas de remède miracle. "Même si on en sait un peu plus sur cette maladie, on ne connait pas encore tout", met en garde le Dr Cédric Bruel, chef du service réanimation polyvalente.

Lire aussi

En dépit d'une meilleure prise en charge des patients, le virus, lui, continue de circuler. Lundi 1er février, 27.874 malades du Covid-19 étaient hospitalisés (+301 par rapport à la veille), dont 1750 nouvelles admissions en 24 heures, selon les données de Santé publique France. Et 3218 patients Covid-19 sont en réanimation ou soins intensifs, un chiffre également en hausse (+70), avec 318 nouvelles admissions. Sur une semaine, 11.093 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées, et 1.811 admissions en réanimation. En attendant des traitements curatifs, tous les espoirs se portent sur la vaccination.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

Lire et commenter