Vaccin AstraZeneca : pourquoi ces réticences chez les soignants ?

Vaccin AstraZeneca : pourquoi ces réticences chez les soignants ?

REPORTAGE - Le gouvernement rappelle à l'ordre les soignants. Ils doivent être plus nombreux à se faire vacciner contre le Covid alors qu'un sur trois seulement l'a fait pour le moment.

Au CHU d'Arcachon (Gironde), deux matinées par semaine sont consacrées à la vaccination des personnels hospitaliers. Depuis l'arrivée du nouveau vaccin AstraZeneca, les soignants viennent recevoir leur dose avec un peu d'appréhension. "C'est plus par rapport aux effets secondaires du fait qu'on continue notre activité professionnelle alors qu'il faut être toujours au top", explique l'une d'entre eux. Contrairement au vaccin Pfizer, l'injection de l'AstraZeneca serait difficile à supporter. Et les professionnels de santé se seraient, semble-t-il, passé le mot.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Pour le moment, la moitié des 600 salariés de l'hôpital est vaccinée mais certains refusent d'y aller. "Tant que ce n'est pas obligatoire, je ne me ferai pas vacciner", confie une soignante. "Pour l'instant, je ne l'ai pas eu et je ne suis pas une personne potentiellement à risque", ajoute-t-elle. Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé qu'il allait écrire aux soignants pour les inciter à se faire vacciner contre le Covid.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - Covid-19 : les vols de Guyane toujours autorisés, contrôles renforcés à la frontière brésilienne

Lire et commenter