Variant anglais : comment Nice a perdu le contrôle

Variant anglais : comment Nice a perdu le contrôle

Essayons de comprendre un peu mieux pourquoi la ville de Nice est touchée par le virus à ce point. Sur place, le variant anglais progresse très vite, notamment dans le quartier de l’Ariane.

Dans un quartier de Nice, la circulation du virus s’emballe. “Il y a presque tous mes amis qui ont eu le Covid, une voisine qui habite pas très loin, mon cousin, … Presque tout le monde commence à en avoir”, affirme une habitante. À Nice, le taux d’incidence dépasse les 800 pour 100 000 habitants. Ce qui est quatre fois plus que la moyenne nationale. Depuis un mois, un centre de dépistage a doublé son nombre de tests quotidiens. Jean-François Limelette, un infirmier libéral, nous confie : “On fait à peu près une soixantaine, soixante-dix tests par jour. Avec des fois une vingtaine par jour de cas positifs”. Ce qui entraîne de très nombreux cas contacts, au vu de la densité de la population.

Toute l'info sur

Le WE

Le service de réanimation au CHU de Nice ne désemplit pas depuis décembre. La semaine dernière, deux patients ont été transférés vers d’autres départements pour éviter la saturation. Trois nouveaux lits de réanimation vont être ouverts lundi et les opérations non-urgentes ont été déprogrammées.

Sur la Promenade des Anglais, l’ambiance semble pourtant à l’insouciance. Les touristes et les Niçois se massent pour profiter du bon temps. Pour tenter d’enrayer la flambée épidémique niçoise, un confinement partiel pourrait être instauré dès la fin du week-end.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccination : la colère des médecins généralistes, privés de doses AstraZeneca cette semaine

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Assassinat de Samuel Paty : "J'ai menti", avoue l’adolescente à l’origine de la polémique

Lire et commenter