Covid-19 : le taux d'incidence explose dans les Pyrénées-Orientales, l'Occitanie dépasse le seuil d'alerte

Covid-19 : le taux d'incidence explose dans les Pyrénées-Orientales, l'Occitanie dépasse le seuil d'alerte

INQUIÉTUDES - Les Pyrénées-Orientales enregistrent un rebond du taux d’incidence record en France métropolitaine. La région Occitanie, à laquelle appartient le département, dépasse désormais le seuil d'alerte.

Un taux de progression spectaculaire, avec à la clé un record en France métropolitaine : à l’heure de l’ouverture de la saison estivale, les voyants sont au rouge dans les Pyrénées-Orientales. Le département affichait ce lundi un taux d’incidence de 130 cas pour 100.000 habitants, le plus haut taux de France métropolitaine, la moyenne nationale étant de 37,4 pour 100.000 sur les sept derniers jours, selon l’outil de Santé publique France Geodes. 

Toute l'info sur

Variant Delta : la France face à une quatrième vague

L’épidémie s’est accélérée en une semaine seulement. Ces sept derniers jours, le virus a progressé de 600% environ, contre 60% dans le reste du pays, avec une multiplication par sept des cas en une semaine, note dans un tweet publié ce lundi 12 juillet Guillaume Rozier, le fondateur de CovidTracker.  “Du jamais-vu sur un territoire depuis le début de l’épidémie”, a commenté ce mardi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

La région Occitanie elle-même vient de dépasser le seuil d'alerte, avec 51 cas pour 100.000 habitants enregistrés lundi selon l'ARS (Agence Régionale de Santé). "La région est une des premières à dépasser le seuil d'alerte de 50 si elle n'est pas la première", a indiqué lors d'un point presse son directeur Pierre Ricordeau. Le responsable a constaté une "rapidité sans précédent" de la propagation dans les Pyrénées-Orientales avec "en une semaine, une multiplication par cinq du taux d'incidence", surtout chez les jeunes.  

Le variant Delta, qui représente désormais la majorité des contaminations en France, est en partie responsable de cette explosion des cas : en une semaine, le nombre de contaminations liées à ce variant a progressé de 80%, selon le dernier rapport de l’ARS Occitanie, en date du 9 juillet. 

Retour du port du masque obligatoire pour le 14 juillet

Selon l’institution, seuls 56% environ des habitants du département avaient reçu une dose de vaccin au 9 juillet. La mobilisation pour la vaccination est "totalement inédite" dans la région avec deux adultes sur trois ayant reçu une première injection en six mois, et un sur trois complètement vacciné, selon l'ARS. Mais elle reste "encore insuffisante pour une part de personnes prioritaires du fait de leur âge ou de leur état de santé". Il y a par exemple encore 100.000 personnes âgées de plus de 65 ans qui ne sont pas encore vaccinées.

La flambée épidémique oblige les autorités à serrer à nouveau la vis, alors que la saison touristique est déjà engagée. Le préfet du département a indiqué ce mardi dans un communiqué que le port du masque serait obligatoire le 14 juillet, “en particulier lors des feux d’artifice et des cérémonies”.  Le document rappelle également que depuis le 17 juin, le masque est toujours requis pour accéder aux marchés, enceintes sportives, rues très passantes, rassemblements… Pour résumer, dès que la distanciation physique de deux mètres entre deux personnes est impossible, la mesure s’impose.

Certains maires avaient déjà sauté le pas. Depuis quelques jours, la station balnéaire de Collioure a signé un arrêté municipal rendant le masque obligatoire. "Aujourd'hui, la situation semble dramatique, et il faut intervenir, alerte le maire Guy Llobet dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Je me voyais mal, avec cette population et cette arrivée massive la semaine du 14 juillet, ne pas faire de la prévention et ne pas m'occuper de la santé de mes administrés."

Il vaut mieux de petites restrictions pour l’été pour essayer de pas avoir des conséquences trop graves en septembre"- Une commerçante de Perpignan

Après une année difficile pour le tourisme, les professionnels du secteur sont inquiets. "Il y a beaucoup de bonheur dans les allées, dans le camping, mais toujours avec cette question : est-ce qu'on va pouvoir continuer cette activité jusqu'à la fin de la saison ?, s’interroge auprès de TF1 Yann Marlic, directeur général du camping Brasilia. On a mis en place un centre de vaccination dans le camping, on fait le maximum."

Dans le centre-ville de Perpignan, les commerçants se préparent à une dégradation de la situation sanitaire, comme une gérante de boutique, qui a gardé une jauge dans son magasin et se dit prête à appliquer d’autres mesures pour freiner l’épidémie. “Il vaut mieux de petites restrictions pour l’été pour essayer de pas avoir des conséquences trop graves en septembre”, estime-t-elle.

Le seuil d'alerte fixé par Emmanuel Macron pourrait être franchi ce mercredi

Si l’épidémie poursuit sa course sur le même rythme, le département dépassera le seuil des 200 cas pour 100.000 habitants d'ici mercredi selon le quotidien L'Indépendant, cote d’alerte signalée par Emmanuel Macron lundi soir dans son allocution. Passé ce seuil, des mesures de freinage pourraient être envisagées par les préfets, a précisé le chef de l’État , tout en restant vague sur les modalités concrètes de ces mesures.

Second critère d’alerte : le nombre d’hospitalisations. Il a doublé ces dernières semaines dans le département, mais n’est toutefois pas alarmant pour le moment selon l'ARS. À Perpignan, les admissions sont stables sur une semaine. Sur le département, on compte moins de trois hospitalisations pour 100.000 habitants au 12 juillet selon CovidTracker. Il n'y a pas "encore d'impact sanitaire notable sur notre système hospitalier, mais la baisse est interrompue", précise l'institution. Des plans d'action sont déployés dans tous les départements d'Occitanie face à ce "rebond épidémique".  

Lire aussi

Ce mardi 13 juillet, huit autres départements ont dépassé le seuil d’alerte en France métropolitaine, fixé à 50 cas pour 100.000 habitants, selon les données agrégées par le site CovidTracker. Parmi eux, les départements voisins des Pyrénées-Orientales :  la Haute-Garonne (63) et l’Hérault (59). L'Ariège et l'Aude sont quant à elles très proches du seuil d'alerte. On trouve aussi derrière les Pyrénées-Orientales Paris (86), les Alpes-Maritimes (66), la Haute-Corse (64), les Pyrénées-Atlantiques (60), les Hauts-de-Seine (55), la Seine-Saint-Denis (51). 

Comment expliquer que les Pyrénées-Orientales devancent de loin les autres départements de la liste ? Selon l'ARS, les Pyrénées-Orientales, la Haute-Garonne et l'Hérault sont "un peu en avance. Il y a sans doute l'aspect touristique sur le littoral et la densité. Il y a aussi pour partie un impact lié à la proximité de l'Espagne". Dans la région de la Catalogne voisine, la situation sanitaire très préoccupante a mené les autorités à prendre de nouvelles mesures de restrictions, pour limiter notamment les activités nocturnes.  

La situation est nettement plus grave dans les territoires d’Outre-Mer, où la situation se dégrade depuis plusieurs semaines déjà, avec des taux d’incidence record en France : 254 en Martinique, 175 en Guyane et 168 à la Réunion. Un état d'urgence sanitaire est instauré dès ce mardi 13 juillet à la Réunion et en Martinique, accompagné d'un retour du couvre-feu, a annoncé ce lundi le président de la République. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 19.600 nouveaux cas en 24h, forte hausse des hospitalisations

EN DIRECT - JO de Tokyo : la Vénézuélienne Yulimar Rojas fait tomber le record du monde du triple saut

Paris : la policière victime d'un grave accident de trottinette électrique est décédée

Groenland : l'équivalent de l'étendue de la Floride a fondu en un jour

"Toutes les tranches d'âge sont concernées" : les hospitalisations multipliées par dix en un mois en Occitanie

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.