VIH : le nombre de nouveaux cas en France ne diminue pas

VIH : le nombre de nouveaux cas en France ne diminue pas

DirectLCI
SANTE - En France, en 2012, près de 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité. Un chiffre sensiblement identique à ceux des années précédentes et qui révèle l'importance d'une amélioration du dépistage pour permettre des diagnostics plus nombreux et plus précoces.

Toujours autant de nouveaux cas, toujours aussi peu de dépistages. Voilà la situation du VIH (virus de l’immunodéficience humaine) en France, dressée par l'Institut national de veille sanitaire (InVS) dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Cette étude estime à près de 6 400 les "découvertes de séropositivité" en 2012. Un chiffre légèrement au-dessus de la moyenne de 6 200 nouveaux cas par an établie depuis 2008. Le virus se transmet par trois voies : sanguine, maternelle et sexuelle.

On estime en France qu'environ 150 000 personnes en sont porteuses, mais quelque 30 000 à 40 000 ignorent leur contamination . "Parmi les découvertes de séropositivité VIH en 2012, 27 % étaient tardives et 39 % précoces. Les diagnostics tardifs concernaient principalement les personnes de 50 ans et plus et les hommes hétérosexuels. Les diagnostics précoces étaient plus fréquents chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH)", précise Françoise Cazein, principal auteur de l'étude.

Les tests rapides plébiscités

C'est parmi les HSH que l'augmentation des découvertes de séropositivité est la plus forte, avec une poussée de 14 % en 2012 contre + 3 % en moyenne par an entre 2003 à 2011. "Cette augmentation peut être liée à un recours au dépistage plus précoce dans la population homosexuelle avec la généralisation des tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) qui permettent d'obtenir une réponse en quelques minutes seulement contre plusieurs jours pour le test classique", explique l'étude.

Expérimentés depuis maintenant trois ans, ces tests semblent faire leurs preuves. Une précédente étude de l’Institut de veille sanitaire affirmait que les TROD permettent de découvrir deux à cinq fois plus de séropositifs que les tests classiques. Ainsi, en 2012, plus de 32 000 dépistages de ce type ont été réalisés dont 13 000 parmi la population homosexuelle. Ces tests ont permis à environ 260 personnes (dont deux tiers d'homosexuels) de découvrir leur séropositivité.

"Les progrès en matière de dépistage ont produit des résultats tangibles en 2012 chez les HSH, qui sont diagnostiqués plus précocement qu’en 2011. Mais les diagnostics tardifs concernent encore un HSH sur six et un hétérosexuel sur trois, soulignant la nécessité de poursuivre les efforts", conclut l'étude. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le VIH/sida demeure parmi les dix principales causes de mortalité dans le monde au cours de la décennie écoulée.

Plus d'articles

Sur le même sujet