VIH : le Truvada, un traitement préventif efficace

Santé

PRÉVENTION – Dans sa dernière campagne, l'association AIDES a fait de la formule "pas de préservatif, pas de sexe" son mantra. À partir de ce mercredi 29 octobre, la prévention contre le VIH a une nouvelle arme en plus de la capote : un traitement permet à une personne séronégative d'éviter d'être contaminée.

L'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) vient, dans le cadre de l'essai Ipergay , de démontrer l'efficacité d'un médicament antirétroviral, le Truvada, pour réduire le risque d'infection par le VIH des individus séronégatifs. Cette réduction du risque de contamination est estimée à 80%. C'est pour cela que l'ANRS souhaite que les 400 participants, y compris ceux ayant reçu le placebo jusqu'à présent, puissent tous bénéficier des effets préventifs du Truvada.

Antirétroviraux préventifs "à la demande"

Sachant que l'infection par voie sexuelle représente 99% des nouvelles contaminations, des équipes de recherche s'étaient, depuis quelques années, lancées sur une piste originale : l'utilisation d'antirétroviraux utilisés en prévention et non pour le traitement de la maladie. Ce concept répond au nom de PrEP, pour prophylaxie pré-exposition. Il avait jusqu'à présent apporté des résultats contrastés dans les échantillons étudiés.

EN SAVOIR + >> Sida : un traitement préventif bientôt sur le marché ?

À la différence des essais IPREX et PROUD, où le Truvada était administré quotidiennement, l'essai de l'ANRS a développé le concept de prophylaxie "à la demande". C'est-à-dire uniquement au moment de l'exposition aux risques. Il s'agit de prendre deux comprimés avant le premier rapport non protégé, puis un comprimé par 24 heures, en faisant toujours suivre le dernier rapport de deux prises d'un comprimé espacées de 24 heures.

Truvada pour tous (sans oublier le préservatif)

La méthode de prise de Truvada par intermittence a donc fait ses preuves par rapports à l'utilisation en continu. L'association AIDES demande donc à la ministre de la Santé d'accélérer le processus de r ecommandation temporaire d'utilisation afin de garantir l'accès au Truvada à tous ceux qui seraient exposés aux risques.

Le professeur Jean-Michel Molina, responsable scientifique de l’essai, rappelle toutefois que, si "le concept de prophylaxie biomédicale au moment de l'exposition au risque d'infection par le VIH est validé, l'efficacité observée ne doit néanmoins pas faire oublier que le préservatif reste la pierre angulaire de la prévention. C'est en additionnant tous les outils de prévention qui auront fait leur preuve que nous serons en mesure de contrôler efficacement l'épidémie du sida".

EN SAVOIR +
>> Sida : 3 conseils pour rendre le préservatif plus agréable
>> Renaud, Franck, Anne... Ils racontent leur vie de couple avec des séropositifs

Lire et commenter