VIH : un vaccin préventif testé sur 100 volontaires

VIH : un vaccin préventif testé sur 100 volontaires

Santé
DirectLCI
SIDA - L'Institut de Recherche Vaccinale (VRI) va tester trois nouveaux candidats-vaccins censés combattre efficacement le VIH. Cent volontaires vont ainsi être recrutés et suivis pendant un an.

Nouvel essai vaccinal et nouvel espoir dans la recherche sur le VIH. L'Institut de Recherche Vaccinale (VRI) lance ce lundi 17 février une grande campagne pour recruter 100 volontaires  dans le cadre de l’élaboration d’un vaccin préventif anti-VIH. Cet essai testera trois vaccins, appelés candidats vaccins, censés stimuler les défenses immunitaires des volontaires.

Il s'agit là d'une avancée spectaculaire dans le domaine de la recherche vaccinale anti VIH car il "devrait permettre d’aller plus vite, plus loin, et probablement de gagner jusqu’à 5 ans sur la recherche d’un vaccin préventif", explique Jean-Daniel Lelièvre, responsable du Département de recherche clinique au VRI. Ce test a en effet ceci de novateur qu'il va permettre d'évaluer simultanément l'efficacité de la réponse du système immunitaire des trois vaccins en les combinant deux par deux.

Aucun risque pour les volontaires

Les volontaires, pas encore recrutés, devront être en bonne santé, âgés de 21 à 50 ans, ne pas être séropositifs, ne pas avoir de comportement sexuel à risque et, pour les femmes, ne pas être enceinte, et utiliser un contraceptif. Durant 1 an, précise le VRI, chaque personne testée sera suivie par un médecin de manière individuelle. L’essai se déroulera dans 4 centres hospitaliers : Paris, Créteil, Marseille et Saint-Etienne. Par ailleurs, l'institut précise que les volontaires n'ont "aucun risque d’être contaminé par le virus du sida : les différents vaccins testés ne contiennent aucune particule virale infectante".

"Dans notre pays, près de 8 000 personnes sont infectées chaque année, surtout des jeunes. Le seul moyen de contrôler efficacement la diffusion de l'infection, c'est de mettre au point un vaccin", écrit le professeur Yves Levy du VRI. En attendant de mettre au point un traitement pour soigner les quelque huit millions de personnes infectées dans le monde.

Inscription et informations sur le site du VRI

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter