Virus Ebola : terrible rechute pour l'infirmière britannique précédemment guérie

Santé

HÔPITAL – Pauline Cafferkey, l'infirmière britannique qui avait contracté le virus Ebola lors d'une mission humanitaire en Sierra Leone est actuellement dans un état jugé très sérieux. Déclarée guérie en janvier 2015, la jeune femme semble être aujourd'hui victime d'une grave rechute.

Un rebondissement très inquiétant. Quelques jours après que l'OMS a déclaré une semaine sans nouveau cas de virus Ebola, la mauvaise nouvelle est arrivée de Londres. Pauline Cafferkey, l'infirmière anglaise qui avait contracté le virus Ebola et qui avait été guérie en janvier 2015 est à nouveau dans un été grave après une rechute très préoccupante.

Depuis vendredi dernier, la jeune femme de 39 ans est hospitalisée à Londres dans un état jugé très grave en raison "d'une complication tardive inhabituelle", a annoncé l'établissement qui la prend actuellement en charge.

Deuxième cas de réactivation du virus

Lors de sa convalescence au Royaume-Uni, Pauline Cafferkey n'avait pu recevoir le médicament expérimental ZMapp et avait accepté à la place de recevoir un traitement antiviral expérimental et du plasma sanguin prélevé sur une personne ayant survécu au virus Ebola. Elle avait été déclarée "complètement rétablie" le 24 janvier 2015. 

C'est aujourd'hui le deuxième cas connu de réactivation du virus. Un médecin guéri dans un premier temps avait constaté que son œil était passé du bleu au vert à cause d'une infection persistante.

EN SAVOIR + >> Ebola, un vaccin expérimental efficace à 100 %

"Le virus Ebola peut occasionnellement persister pendant quelques mois dans certains tissus chez les survivants. Le risque de transmission par ces individus semble très bas mais, avec tant de survivants en Afrique de l’Ouest, il y a un risque que de nouvelles épidémies se déclenchent", a estimé le professeur John Edmunds, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Les autorités sanitaires ont donc annoncé qu'elles allaient suivre un petit nombre de personnes ayant été en contact étroit avec l'infirmière par mesure de précaution.

À LIRE AUSSI
>> Ebola : l'OMS aurait-elle mal géré l'épidémie ?
>> Lyon, des étudiants en santé se confrontent au risque Ebola

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter