Le "virus inquiétant créé en Chine" évoqué dans un article de 2013 n'a aucun lien avec le Covid

Cet article de 2013 porte sur des faits avérés, qui se sont à l'époque produits en Chine.

INQUIÉTUDES - La photo d'un article du "Parisien" daté de 2013 a été relayée par des internautes suspicieux. Il était à l'époque question d'une expérimentation inquiétante sur un virus dérivé du H1N1, mais n'est en aucun cas lié à l'épidémie de Covid-19.

Partagé par des internautes au printemps, un article du Parisien daté de 2013 a refait surface sur les réseaux sociaux ces derniers jours, au milieu d'autres publications liées au Covid-19. "Un virus inquiétant créé en Chine", indique le titre, de quoi alerter alors que les premières lignes expliquent que "des chercheurs chinois ont fabriqué un virus hybride de la grippe aviaire très dangereux". Des scientifiques "tirent la sonnette d'alarme", apprend-on.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Une telle coupure de presse a beaucoup fait parler, notamment du côté de ceux qui soutiennent la thèse selon laquelle le virus est sorti d'un laboratoire. Une hypothèse pas encore écartée à l'heure actuelle, mais que la communauté scientifique juge particulièrement improbable par rapport à une transmission venant d'un animal (la chauve-souris notamment). Il faut aussi souligner que le vaccin créé il y a presque 8 ans par les chercheurs chinois n'est pas de la même famille que le Sars-CoV-2. Aucun lien n'est donc possible avec l'épidémie actuelle.

Des recherches polémiques

Initialement paru dans la version papier du Parisien, l'article en question est encore disponible en ligne. En avril, des lecteurs l'ont exhumé et partagé, si bien que l'auteure a été rapidement assaillie de messages. "J’ai vu surgir il y a quelques jours des personnes sur Twitter que je ne connais absolument pas, qui relayaient l’article et qui me demandaient : est-ce que c’est un fake ?", a-t-elle expliqué à Radio Canada. 

En l'occurrence, il ne s'agit pas du tout d'un faux. Les faits ont été relayés par plusieurs titres de presse à l'époque, et faisaient état des travaux d'une "équipe de chercheurs de l'université agricole du Gansu", qui a "donné naissance à un nouveau virus, mélangeant des gènes de H5N1 et de H1N1". Cet "hybride made in China", tel qu'il est décrit, a réuni le pire des deux virus déjà connus, "avec cette caractéristique inquiétante : il se transmet très facilement entre deux cochons d'Inde, via les voies respiratoires. Par un simple éternuement, par exemple."

Lire aussi

Les chercheurs contactés par le Parisien en 2013 jugeaient dangereux de procéder à ce type d'expérimentations, a fortiori en raison de l'intérêt scientifique des travaux menés, jugé très limité. Ils mettaient en avant des risques pour les populations si un incident venait à se produire. Le quotidien, voyant ressurgir son article en plein Covid-19, a interrogé un chercheur américain ayant pris part aux études menées en Chine à l'époque. "Il n'y a aucun lien entre le virus hybride H5N1-H1N1 et le SARS-CoV-2", a-t-il confirmé. "Ces deux virus sont de phyla [des embranchements, NDLR] différents. Ils sont aussi différents qu'un ver de terre l'est de l'être humain", a-t-il ajouté.

Alors que nous sommes aujourd'hui aux prises avec un type de coronavirus très virulent, il faut souligner comme le fait l'AFP que le H5N1 et le H1N1, dont était détourné l'hybride de 2013, sont des virus qui "appartiennent à une autre famille de virus, génétiquement différents, les myxovirus". Aucun lien ne peut donc être mis en évidence avec l'épidémie actuelle, d'autant que les travaux menés par ces scientifiques avaient été conduits en laboratoire, sans que le virus dangereux ne se retrouve à l'air libre.

Un virus créé par l'Homme, la thèse persiste

En toile de fond, les messages des internautes renvoient à une hypothèse encore largement soutenue : celle d'un virus créé artificiellement par l'Homme et qui aurait été propagé (volontairement ou non) au sein des populations. Si des recherches se poursuivent pour tenter de retracer le plus finement possible les mécanismes qui ont conduit au début de l'épidémie, la communauté scientifique apparaît assez unanime. 

À défaut de pouvoir écarter totalement la piste d'une création humaine, elle se focalise en priorité sur une transmission de l'animal vers l'Homme. Dans une tribune, publiée en février l'an passé par la prestigieuse revue scientifique The Lancet, une trentaine de scientifiques en provenance de différents pays déplorait "les théories complotistes qui suggèrent que le Covid-19 n'a pas d'origine naturelle". Ils appuyaient leur propos par de nombreuses analyses des génomes du virus, qui aboutissaient à se tourner vers une "origine naturelle".

Virologue au sein du CNRS, Étienne Decroly a décrit les "trois grands types de scénarii pour expliquer comment SARS-CoV-2 a acquis son potentiel épidémique". Il évoque premièrement la possibilité d'une "zoonose", avec un "franchissement récent de la barrière d’espèce par le coronavirus". Avec le deuxième scénario, il pourrait s’agir "d’un coronavirus différent de SARS-CoV ou de MERS-CoV, qui se serait adapté à l’humain il y a déjà plusieurs années, qui aurait circulé jusqu’ici à bas bruit, et qu’une mutation récente aurait rendu plus transmissible d’homme à homme"

La dernière hypothèse est la suivante : on pourrait imaginer "que SARS-CoV-2 descende d’un virus de chauves-souris isolé par les scientifiques lors des collectes de virus et qui se serait adapté à d’autres espèces au cours d’études sur des modèles animaux en laboratoire ; laboratoire dont il se serait ensuite échappé accidentellement". Les recherches devraient nous permettre de le déterminer avec plus de précision à l'avenir. Quoi qu'il en soit, il est important de noter que le génome du Covid-19 se révèle "à 96 % identique à celui d’un virus de chauve-souris" récemment séquencé. Faisant de l'animal nocturne un suspect logique. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : au 20H de TF1, Anne Hidalgo propose "une primaire de la gauche"

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.