Visites en Ehpad : tests, questionnaires... les nouvelles recommandations du gouvernement

Les professionnels du domicile ne comprennent pas leur exclusion de la prime Covid

MESURES - La ministre déléguée à l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, a annoncé jeudi lors du point de situation sur la lutte contre le Covid-19 en France de nouvelles recommandations dans les Ehpad. Ainsi, des questionnaires et des tests sont recommandés pour les proches avant leur visite dans les établissements.

Ce jeudi, lors du point de situation sur la lutte contre le Covid-19 en France au ministère de la Santé, la ministre déléguée à l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, a évoqué la situation dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ainsi, avec 1600 Ehpad présentant au moins un cas de Covid-19, un établissement sur cinq est touché par le virus sur le territoire français, les régions les plus touchées étant régions Nouvelle-Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Selon elle, la situation reste préoccupante dans les Ehpad, avec une moyenne de 163 décès par jour dus au Covid-19. Pour autant, la ministre déléguée a annoncé que le gouvernement a décidé de ne pas suspendre les visites de proches et de professionnels dans les prochaines semaines. Pour éviter une hausse des cas dans ces établissements, un dépistage du personnel de façon hebdomadaire sera effectué dans chaque Ehpad, 1,6 million de tests antigéniques étant mis à disposition de ces établissements.

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Lire aussi

Des tests recommandés pour les proches avant chaque visite

Parmi les autres mesures prises pour limiter les contaminations, Brigitte Bourguignon a annoncé la mise en place de questionnaires "confidentiels" pour les proches des patients d’Ehpad, avant chaque visite, "afin de leur permettre d'évaluer eux-mêmes leurs risques de faire entrer le virus", et a recommandé à ces derniers d’effectuer un test PCR "72 heures avant l'entrée dans l'établissement" ou un test antigénique "dans la journée", si le test PCR n’est pas possible.

La ministre déléguée à l'Autonomie a malgré tout souligné que les professionnels étaient "mieux armés" que lors de la première vague, ayant acquis les bons réflexes notamment "en matière d'hygiène, de dépistage rapide". "Nous connaissons mieux le virus", a-t-elle ajouté, indiquant que des dispositifs de soutien activés dès la première vague, comme la mise en place d'astreinte téléphonique de médecins spécialisés montaient en puissance lors de cette deuxième vague.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : des proches de victimes du Bataclan et des policiers entendus ce mercredi

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.