Vitamines, magnésium... Les compléments alimentaires vous aident-ils à garder la santé ?

Vitamines, magnésium... Les compléments alimentaires vous aident-ils à garder la santé ?

DÉSINTOX – Pour éviter d'attraper les virus et renforcer votre système immunitaire, rien ne vaudrait les comprimés de magnésium et de vitamine C. Pas si sûr...

Nous sortons de plusieurs mois d'hiver, vous êtes fatigué(e) et souhaitez renforcer votre système immunitaire ? Alors vous allez probablement prendre un petit comprimé de vitamine C... Celle-ci fait en effet partie des premiers compléments alimentaires consommés par les Français (27,2%), juste après le magnésium (42,1%) et la vitamine B6 (29,8%), selon une étude française publiée en 2013 dans le British Journal of Nutrition .

À l'année, 40,8% des Français consomment des compléments. Leur objectif : lutter contre la fatigue (pour 41,5% d'entre eux) et rester en bonne santé (pour 33,8%). Pas étonnant alors que cet usage soit saisonnier et plus poussé en hiver. Sauf que "leur efficacité, que ce soit pour lutter contre les virus en hiver ou pour rester en bonne santé (prévenir le cancer par exemple), n'est pas avérée", signale à LCI la chercheuse à l'Inserm Mathilde Touvier, coauteure de l'étude et spécialiste des compléments alimentaires.

Certes, un manque chronique de vitamine C et de magnésium engendre un état de fatigue chronique. Mais l'apport journalier recommandé en vitamine C est de 110 milligrammes par jour. "Avec une orange et un kiwi, on dépasse cette dose. C'est donc très facile à couvrir par l'alimentation. Il n'y a aucune nécessité de recourir à des compléments alimentaires, d'autant qu'ils sont chers", souligne la chercheuse.

Toute l'info sur

Alimentation, faites-vous du bien

Lire aussi

Possible danger sur le long terme

Manger équilibré suffit, exception faite de la vitamine D dont les sources alimentaires sont restreintes (poissons gras, comme le saumon). Or 80,1% des adultes français présentent une insuffisance en vitamine D (42,5% un déficit modéré et 4,8% un déficit sévère), rappelle l'INVS . Pas de raison pour autant d'appeler tout le monde à se supplémenter, d'autant que la communauté scientifique ne parvient pas à un consensus sur les taux sanguins optimaux recommandés.

En outre, de manière générale, "l'innocuité des compléments alimentaires sur le long terme n'est pas non plus avérée", poursuit Mathilde Touvier. Des recherches ont ainsi montré que les bêtacarotènes étaient dangereux pour les fumeurs et les phyto-œstrogènes (proposés comme traitement lors de la ménopause) nocifs chez les femmes à risque de cancer du sein. Pour les autres, "les études vont dans tous les sens" : certaines évoquent un risque pour la santé, d'autres un effet bénéfique. "On recommande donc la prudence à propos des compléments vitaminiques et minéraux tant que l'on n'aura pas démêlé le vrai du faux."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre les 2 doses de vaccin à ARNm

Biden à la Maison Blanche : comment il a redécoré le Bureau ovale

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

"On peut passer à autre chose" : greffe des bras et des épaules réussie pour Felix Gretarsson, une première mondiale

Lire et commenter