Zika : un site pour savoir si vous devez vous inquiéter

Zika : un site pour savoir si vous devez vous inquiéter

DirectLCI
VIRUS – L'institut Pasteur de Lille vient de lancer une plateforme internet pour guider les personnes qui pensent avoir été au contact du virus Zika. Un outil essentiel pour les patients mais aussi les professionnels de santé.

Depuis le début du mois de janvier tous les médias n'ont qu'un mot à la bouche : Zika. Ce virus qui fait des ravages en Amérique du Sud et dans les Territoires français d'outre mer sème la psychose là où il passe.

L'OMS a déclaré une urgence de santé publique mondiale pour faire face à cette épidémie. Car si la maladie n'est a priori pas dangereuse la plupart du temps, elle peut avoir des conséquences terribles sur une patiente enceinte. En effet, l'enfant qu'elle porte risque alors de graves malformations cérébrales de types microcéphalie. Très lourdes, ces lésions peuvent aussi s'avérer mortelles.

Des conseils personnalisés en quelques clics

Devant les interrogations de nombreuses personnes, l'Institut Pasteur de Lille a décidé de prendre les choses en main. Le professeur Daniel Camus explique à metronews :  "Nous sommes un centre de vaccination internationale, donc nous sommes amenés à rencontrer de nombreux voyageurs qui se posent des questions. Le mieux était donc de mettre en place un outil susceptible de les rassurer."

EN SAVOIR + >> 5 choses à savoir sur le virus Zika

Et la plateforme en question est très simple d'utilisation  : il suffit juste de renseigner si vous êtes un homme ou une femme, en l'occurrence enceinte ou non, dans quel pays vous vous êtes rendu et surtout à quelle période. Une fois ces informations recueillies, le site vous indique les préconisations à suivre.

Avoir des rapports sexuels protégés durant un mois

Chez metronews, nous avons testé tous les cas de figure et nous avons été étonnés de constater que dans le cas d'un homme qui serait revenu récemment d'un pays dans lequel sévit l'épidémie de Zika, on préconise d'avoir des relations sexuelles protégées pendant un mois. Seul deux cas dans le monde sont pour l'instant soupçonné d'être lié à une contamination par voie sexuelle, la maladie se transmettant via la piqûre du moustique tigre.

Le professeur Camus assume cette position : "Il est clair que pour le moment nous manquons de preuves scientifiques pour considérer que le virus peut être sexuellement transmissible. C'est donc une préconisation qui relève de la prudence avant tout. Si jamais cette théorie ne devait pas être confirmée, nous lèverions cette préconisation. Mieux vaut cela que le contraire." 

À LIRE AUSSI
>> Zika : trois conseils pour se protéger du moustique tigre

>> Un vaccin contre Zika en 2016? >> Zika : l'épidémie progresse, l'inquiétude grandit

Plus d'articles