Espace : mais où est passée l'eau de Mars ?

Espace : mais où est passée l'eau de Mars ?

RÉGIME SEC - Une étude bouleverse ce qu'on croyait savoir de la quasi-disparition de l'eau de la surface de Mars. Elle serait en fait "enfermée dans la croûte martienne", grâce à un phénomène d'hydratation des minéraux. Des données sont encore nécessaires pour comprendre le processus, mais le robot Perseverance, arrivé sur la "planète rouge" en février dernier, pourrait précisément les découvrir.

L'eau était présente jadis sur Mars, le fait est établi. Mais jusqu'ici, on la croyait pour l'essentiel disparue, rendue à l'espace à cause de la faible attraction de la planète. Une étude vient bouleverser ce modèle en suggérant que l'eau s'est en fait assimilée à la croûte martienne, grâce à un phénomène d'hydratation minérale. 

Toute l'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

Ces dernières années, grâce à la succession des missions d'observation et aux premières expéditions de robots sur le sol martien, les preuves d'une présence ancienne de l'eau en surface s'étaient accumulées. Mars a eu ses rivières, ses lacs et ses océans, des traces géologiques en attestent, comme le montre le cliché de la NASA ci-dessous, réalisé en 2018. Et de l'eau est toujours présente, sous forme de glace aux pôles, et de vapeur d'eau dans l'atmosphère. La forme liquide est rendue improbable par la température moyenne actuelle sur Mars : -63° degrés Celsius. Des coulées d'eau salée auraient cependant été observées. 

Mais on ignorait deux choses : la quantité d'eau qui avait pu recouvrir le sol martien, et comment elle avait disparu. Une étude réalisée par des scientifiques de l'Institut de technologie de Californie, publiée hier dans la revue Science, apporte une nouvelle théorie aux modèles existant. 

Selon celle-ci, l'eau présente jadis à la surface aurait pu la couvrir entièrement sur une hauteur de 100 à 1500 mètres. Soit un volume total qui représente à peu près la moitié de notre Atlantique terrestre. Rapportée à la même échelle, l'eau qui est présente sur Mars sous d'autres formes ne représenterait qu'une hauteur de 20 à 40 mètres. Où donc est passée l'eau qui manque ? 

De l'eau captive de la croûte martienne

Jusqu'ici, les modèles établissaient qu'elle s'était échappée dans l'espace, phénomène dû à la fois la faible gravité martienne et au poids léger des atomes d'hydrogène - qui composent en partie les molécules d'eau. Pour les auteurs de cette nouvelle étude, la quantité d'eau dont les missions sur Mars ont désormais établi la présence, était tout simplement trop importante pour avoir disparu selon le scenario existant. Pour eux, l'eau n'a en fait pas quitté la "planète rouge", et s'est en réalité retrouvée captive de la croûte martienne. 

La chercheuse Eva Scheller met en garde contre une hypothèse récurrente : cette trouvaille ne signifie pas "qu'il existe une espèce d'immense réservoir d'eau" sous la surface de Mars, explique-t-elle. Mais selon l'étude dont elle est une des auteures, "la croûte est formée de ce que nous appelons des minéraux hydratés, c'est-à-dire des minéraux qui ont de l'eau dans leur structure""Lorsqu'une pierre interagit avec de l'eau", détaille-t-elle, "il y a une série de réactions chimiques très complexes qui forment un minéral hydraté". L'argile est l'exemple le plus courant d'un tel minéral, et elle est également la plus répandue sur Mars, selon la chercheuse. 

Mars aurait un aspect aride depuis au moins 3 milliards d'années

Cette perte d'eau, selon l'étude, "est un mécanisme très important pour les planètes, qui dicte le moment où elles deviennent arides". C'est un processus qui existe aussi sur Terre, mais grâce à la tectonique des plaques (absente de Mars), l'eau emprisonnée est recyclée, via les phénomènes volcaniques.

Cette théorie permet aussi de dater la disparition de l'essentiel de l'eau de la surface de Mars : puisque ces minéraux hydratés sont vieux d'au moins trois milliards d'années, cela signifie que la planète rouge avait déjà perdu la plupart de son eau à ce moment-là, et que son apparence aride est la même depuis lors.

Lire aussi

Les différents scénarios envisagés dans l'étude de Science pourraient désormais s'affiner grâce à la mission Perseverance, qui vient d'arriver sur Mars.  "Le rover Perseverance va étudier exactement ces procédés et réactions qui causent l'emprisonnement de l'eau dans la croûte", se réjouit Eve Scheller.

Sur le même sujet

Lire et commenter