Sur Mars, "Ingenuity", le drône de Perseverance décollera mercredi "au plus tôt"

Illustration fournie par la Nasa de l'hélicoptère Ingenuity sur la surface de Mars.

PARÉ AU DÉCOLLAGE - Jamais un engin fabriqué par la main de l'homme n'a encore réalisé un vol en rase-motte sur la planète rouge. Il faudra attendre ce mercredi pour que le mini-hélicoptère de la Nasa effectue ses premières tours d'hélices. De quoi repousser encore un peu plus les frontières de l'exploration martienne.

Désormais posé sur Mars, le drone de la Nasa, Ingenuity, s’apprête à prendre son envol. Le 14 avril au plus tôt, a indiqué la Nasa, ce drôle d’oiseau fait de câbles et d’acier effectuera ses premiers tours d’hélices, devenant ainsi le premier engin motorisé à effectuer un vol en rase-motte sur une autre planète. Arrivé le 18 février sur la planète rouge, le mini-hélicoptère de la Nasa s’est détaché samedi du rover Perseverance, sous lequel il était agrippé pour effectuer le voyage depuis la Terre. Dorénavant, Ingenuity dépend de ses propres panneaux solaires pour être capable de survivre en se réchauffant pendant les glaciales nuits martiennes au cours desquelles la température peut tomber à -90° Celsius. 

La Nasa a annoncé lundi que le petit drone a survécu à sa première nuit à la surface de Mars, une "étape majeure" avant son premier vol d'essai, a souligné l'agence spatiale américaine. "C'est la première fois qu'Ingenuity se trouvait tout seul à la surface de Mars", a déclaré la cheffe du projet Ingenuity au Jet Propulsion Laboratory (JPL), MiMi Aung. "Nous avons confirmation maintenant que c'était la bonne isolation, les bons radiateurs, et qu'il a assez d'énergie dans ses batteries pour survivre aux nuits froides, ce qui est un grand succès pour l'équipe. Nous sommes ravis de continuer à préparer Ingenuity pour son premier essai de vol", a-t-elle poursuivi. Au cours des prochains jours, Ingenuity subira des tests de moteurs et capteurs, ultimes étapes avant son envol. 

En vidéo

Ingenuity, un mini-hélicoptère pour repousser les frontière de l'exploration martienne

Quatre vol de quelques centaines de mètres

D'un poids de 1,8 kg, pour une envergure de 1,2 mètre, l'hélicoptère se déplacera dans les airs grâce à deux rotors bipales tournant en sens contraire. La vitesse de rotation des hélices sera comprise entre 2.400 et 2.900 tours par minute, soit 10 fois celle d'un hélicoptère sur Terre, l'air martien étant d'une densité équivalente à seulement 1% de celle de l'atmosphère terrestre. Le 11 avril, lors de son premier vol d'essai, l'engin s'élèvera à la verticale jusqu'à une hauteur de 3 mètres avant d'effectuer du surplace durant 30 secondes. Si l'expérience réussit, ce qui serait une véritable prouesse, quatre autres vols de quelques centaines de mètres auront lieu au cours des prochains mois.

Lire aussi

Il s’agit d’un modèle expérimental qui évaluera la pertinence ou non de l’usage de ce type de technologie à l’avenir. Équipé d’une caméra de navigation et d’une caméra couleur ultra haute définition, il réalisera des prises de vue du terrain à basse altitude, pour servir d'éclaireur au rover Perseverance. Les clichés seront ensuite envoyés vers la Terre. Compte tenu du délai des échanges avec la Terre (16 minutes dans la configuration la plus favorable), il volera manière autonome à partir d'instructions transmises en amont. La Nasa a révélé par ailleurs qu'un petit morceau de tissu de l'aéronef des frères Wright avait été placé sur Ingenuity, pour rendre hommage à ces deux pionniers de l'aviation. Tout un symbole.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Lire et commenter