Espace : Thomas Pesquet pourrait-il se rendre une 3e fois à bord de l'ISS ?

L'agence spatiale européenne prévoit deux voyages maximum vers l'ISS par astronaute.

DÉCOLLAGES - Fraîchement rentré sur Terre après un second voyage à bord de l'ISS, Thomas Pesquet pourrait rêver de nouvelles aventures spatiales à l'avenir. Mais ne sera toutefois pas en mesure de retourner dans la station spatiale internationale.

Devenu le premier français à effectuer deux séjours au sein de la station spatiale internationale (ISS), Thomas Pesquet a achevé un passage de 199 jours en orbite. Six mois intenses durant lesquels il a mené plusieurs dizaines d'expériences scientifiques et contribué à l'entretien de la station. De quoi ajouter une nouvelle ligne au CV de l'ingénieur de 43 ans, qui cumule désormais près de 400 jours à bord de l'ISS.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Ce voyage en appelle-t-il de nouveau à l'avenir ? Si son nom circule déjà pour de futures missions, un retour dans la station internationale semble très compromis. En cause : le règlement de l'agence spatiale européenne (ESA), qui ne permet pas aux astronautes européens de multiplier le nombre de séjours au-dessus de nos têtes.

Deux voyages maximum à bord de l'ISS

Jamais deux sans trois ? Si Thomas Pesquet souhaitait effectuer à l'avenir un nouveau passage à bord de l'ISS, il imiterait la poignée d'astronautes à s'y être rendus à plus de deux reprises. Aux côtés du Français lors de sa première expédition, l'américaine Peggy Whitson a déjà rejoint trois fois la station. Il est d'ailleurs prévu qu'elle y retourne une quatrième fois fin 2022, à l'occasion d'un court séjour d'une dizaine de jours. Comme elle, le Russe Sergey Volkov s'est rendu à trois reprises dans l'espace, en 2015-2016 pour la dernière fois. Un nombre de passages à bord de la station identique à celui de son compatriote Oleg Kotov ou de l'Américain Scott Kelly, figure de la Nasa. 

S'il n'est pas rare que des astronautes multiplient les voyages vers l'ISS, on constate que les noms qui reviennent régulièrement ne sont pas européens. Et pour cause : il est en théorie impossible pour les astronautes envoyés par l'agence spatiale européenne de se rendre plus de deux fois dans la station. Une limite fixée dans son règlement et qui n'est pas en vigueur côté russe ou américain. Impossible donc pour Thomas Pesquet de retrouver l'ISS, sauf modification notable des règles propres à l'ESA.

Lire aussi

Pour autant, cela ne signifie pas nécessairement que le Français a fait ses adieux à l'espace. Il est même tout à fait concevable qu'il prenne part à de futures missions, vers d'autres destinations. Avec Mars en ligne de mire ? Peu probable, reconnaît-il lui-même, se voyant "peut-être déjà un petit peu trop vieux" pour entreprendre le périple que ne manqueront pas d'effectuer de futurs astronautes vers la planète rouge.

En revanche, Thomas Pesquet est pressenti pour prendre part à une future mission surnommée "Lunar Gateway". Instaurée à l'initiative de la Nasa, elle vise à établir une station spatiale en orbite autour de la Lune, afin de préparer l'Homme à des voyages plus lointain, vers Mars notamment. L'ESA, dont dépend Thomas Pesquet, se trouve associée au projet et doit proposer le nom de trois astronautes pour les futures missions habitées. Expérimenté, apprécié côté américain, le natif de Rouen apparaît comme un candidat naturel.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

Covid-19 : le Dr Fauci "quasiment certain" que le variant Omicron n'est pas plus grave que le Delta

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.