Signal extraterrestre, exoplanètes... Retour sur les grandes découvertes de l'observatoire d'Arecibo

L'observatoire d'Arecibo, sur l'Île de Puerto Rico aux Etats-Unis était jusqu'en 2016 le plus grand télescope jamais construit par l'Homme.

ASTRONOMIE - Le célèbre radiotélescope d'Arecibo, installé sur l'île américaine de Porto Rico, s'est effondré mardi après 57 ans de service. L'observatoire, utilisé par les astronomes du monde entier, avait notamment permis de découvrir les premières planètes en orbite autour d'une autre étoile que le Soleil. Retour en trois dates sur ses principaux faits d'armes.

Depuis l’annonce récente de son futur démantèlement, le petit monde de l’astronomie est en deuil. Pendant plus d’un demi-siècle, l’observatoire d’Arecibo a écouté les soubresauts de l’univers. Pour le grand public, il avait servi de décor pour la scène finale du célèbre film GoldenEye, sorti en 1995. Mais aussi, entre autres, à un épisode de la mythique série de science-fiction X-Files. Désormais à l’état de ruines, celui qui fût jusqu’en 2016 le plus grand télescope jamais construit par l’Homme a rendu mardi son dernier souffle. 

Les instruments surplombant l'antenne géante en forme de coupole chargée de capter les ondes venues du cosmos, se sont effondrés brutalement, 140 mètres plus bas. D'un poids de 900 tonnes, la gigantesque structure métallique faisant office récepteur ne tenait déjà plus qu’à un fil, depuis que deux câbles s’étaient rompus le 10 août puis le 6 novembre dernier, poussant la National Science Foundation (NSF) à annoncer le mois dernier sa démolition. Retour sur les principaux faits d'armes de cet observatoire mythique qui a marqué l'histoire de l'exploration spatiale.

1974 : il lance la 1ère bouteille sidérale dans l'espace

Pour la première fois, le 16 novembre 1974, l’humanité envoyait un message radio vers d'autres mondes, avec l'espoir un jour peut-être d'établir un contact avec d'éventuels formes de vie extraterrestre. Ce signal de 1679 bits incluant des nombres, des formules chimiques et les images brutes d'un homme avait été transmis depuis l'observatoire d’Arecibo en direction de l’amas globulaire M13, situé à 25.000 années-lumière de la Terre. Aucune chance pour la génération de ceux qui l’avaient lancé d’espérer une réponse au cours de son existence. Pionniers de la recherche en intelligence extraterrestre, Frank Drake, Carl Sagan et leurs collègues œuvraient alors en quelque sorte pour la beauté du geste. L'organisation METI international (l’acronyme de "Messaging Extraterrestrial Intelligence", pour "Envoi de messages à une intelligence extraterrestre") poursuit aujourd'hui leur quête et envoie régulièrement des messages à destination d’hypothétiques civilisations extraterrestres.

1989 : il photographie pour la première fois un astéroïde

L'observatoire d'Arecibo était aussi un des principaux radars pour observer les astéroïdes s'approchant de la Terre dans le cadre du programme de défense planétaire de la Nasa. En pointant le puissant radiotélescope d'Arecibo vers la ceinture principale d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter, une équipe d'astronomes américains a pu capturer le 9 août 1989, pour la première fois dans l'histoire, une image radar d'un astéroïde. Formé de deux boules accolées par leur gravité mutuelle, lui donnant l'apparence d'une cacahuète, l'objet a été baptisé Castalia (en référence à Castalie, une nymphe de la mythologie grecque). L'orbite de cet objet l'a amené à moins de 11 fois la distance Terre-Lune de la Terre, ce qui avait rendu possible son observation de manière aussi détaillée.

1992 : il fait la découverte des premières exoplanètes

Utilisé par les astronomes du monde entier, le célèbre radiotélescope avait notamment permis de découvrir les premières planètes en orbite autour d'une autre étoile autre que notre Soleil, ces fameuses "exoplanètes". En 1992, l'astronome polonais Aleksander Wolszczan fait la découverte de deux planètes en orbite autour d'un "pulsar" (un mot issu de la contraction de "pulsating stars", qui signifie "étoiles pulsantes" en français) nommé PSR B1257+12. À l'époque, le terme "exoplanète" n’existait pas. Il n’est apparu qu'au début des années 2000. Auparavant, les astronomes utilisaient le terme de "planète extrasolaire". Aujourd’hui, vingt-huit ans après la détection de leur découverte, plus de 4000 mondes exotiques situés en dehors de notre Système solaire ont pu être détectés, dont un grand nombre sont d'ailleurs à mettre au crédit d'Arecibo.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : le pass sanitaire en vigueur dans les stations de ski françaises à partir de ce samedi

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.