Perseverance sur Mars : où est passée l'eau qui se trouvait jadis à la surface de la planète rouge ?

Perseverance sur Mars : où est passée l'eau qui se trouvait jadis à la surface de la planète rouge ?

PLANÈTE ROUGE - L'exploration de Mars par Perseverance suscite la curiosité des internautes. Certains ont contacté LCI pour savoir où se trouve aujourd'hui l'eau qui se trouvait pas le passé à la surface de Mars. On fait le point.

Le robot mobile Perseverance s'est posé avec succès sur la surface de Mars le 18 février, ouvrant la porte à une exploration de la planète rouge. Il s'agira notamment d'identifier des sites susceptibles d'avoir abrité la vie. Le parcours du robot prévoit qu'il se déplace et s'aventure notamment à des endroits suspectés par les scientifiques d'avoir été jadis des étendues d'eau, des fleuves ou des deltas. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Cette mission, menée par la Nasa, suscite la curiosité de nombreuses personnes, plus ou moins familières de l'exploration spatiale. Un(e) internaute de LCI, intrigué(e), a en tout cas pris quelques instants pour envoyer une question à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Puisque "sur Terre, rien ne se perd rien, ni ne se crée, mais tout se transforme", on nous demande ainsi "où se trouve l'eau qui était sur Mars" par le passé. Pour tenter de le savoir, LCI s'est tourné vers un spécialiste : Francis Rocard, astrophysicien et responsable du programme d'exploration du système solaire au Centre national d'études spatiales (CNES). 

Une disparition dans la haute atmosphère

Qu'en est-il du bilan global de l'eau sur Mars ? "Beaucoup d'équipes ont tenté de le faire de par le monde, mais il demeure partiel", reconnaît Francis Rocard. Parmi les certitudes, le fait que la planète se soit refroidie, mais aussi qu'elle a "perdu beaucoup de son eau". Aujourd'hui, on sait qu'il y a de la glace au niveau notamment des pôles, et on peut la quantifier. Si la présence d'eau dans le sous-sol n'est plus discutée, reste à voir quels sont les volumes dont il est question. "Et là, on a du mal à évaluer la quantité d'eau précise".

Pour comprendre la manière dont une bonne partie de l'eau sur Mars a disparu, il faut remonter très loin en arrière. Et souligner que la planète a perdu son champ magnétique global il y a 3,9 milliards d'années. La conséquence de cette perte est majeure : l'astrophysicien du CNES indique que "l'atmosphère de Mars s'est retrouvée en contact direct avec le vent solaire. Il s'agit d'un vent se déplaçant à 400 kilomètres par seconde qui a impacté durant 4 milliards d'années la haute atmosphère", et dont les ions ont progressivement "brisés" les molécules. Or, "si vous cassez une molécule d'eau, vous obtenez un atome d'hydrogène et un radical 'OH'. Cet atome d'hydrogène est extrêmement léger et va partir dans le milieu interplanétaire", explique Francis Rocard. "Le bilan, c'est que vous allez perdre une molécule d'eau, et c'est ainsi que petit à petit, Mars perd son eau par l'interaction entre le vent solaire et la haute atmosphère."

Lire aussi

L'eau, toutefois, n'est pas forcément présente que sous forme liquide. "Du fait que Mars est devenu un désert glacé, une partie de l'eau s'est condensée en glace dans le sol et s'est retrouvée enfouie sous des couches de poussières", relate le spécialiste. "On pense que s'il y a une couche entre 1 et 10 mètres sur un glacier, ce dernier peut se trouver caché mais néanmoins rester ainsi durant des millions d'années. Il y a d'ailleurs une mission que souhaite lancer la Nasa à l'horizon 2026, avec un radar dédié à la cartographie de la glace sur Mars." 

Aujourd'hui, bien que des incertitudes demeurent quant aux quantités d'eau qui ont pu se trouver sur la Planète rouge et qui y demeurent, les scientifiques affichent d'autres priorités. "Je dirais que l'on en est à la 50ᵉ mission martienne, et même si beaucoup ont échoué, on a accumulé énormément de données", estime Francis Rocard. Certes, le bilan de l'eau reste toujours une difficulté, mais il n'est pour ainsi dire "plus vraiment le sujet, dans la mesure où on l'a bien étudié depuis une vingtaine d'années". Puisque "l'essentiel a été fait", les missions s'intéressent désormais davantage "au carbone et aux traces de vie".

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Covid-19 : la police évacue les quais de Seine

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Lire et commenter