Thomas Pesquet de retour sur Terre : Aidons-le à faire le tri de ses plus belles photos prises de l'espace

Thomas Pesquet de retour sur Terre : Aidons-le à faire le tri de ses plus belles photos prises de l'espace

L'EMBARRAS DU CHOIX - De retour sur Terre depuis une semaine, Thomas Pesquet se retrouve avec des milliers de photos captées depuis la station spatiale internationale. La rédaction de LCI a décidé de l'aider. Voilà nos clichés préférés.

De retour de vacances, vient pour tous l’inexorable tri des photos du séjour. Les mal cadrées, celles où le doigt est resté au bord du cliché, et évidemment, les préférées. Après six mois en orbite à bord de la station spatiale internationale (ISS), Thomas Pesquet fait face au même dilemme : choisir celles qu’il affichera sur ses réseaux et qui sait, chez lui, accrochées au mur du salon. Même si à n'en pas douter, certaines finiront oubliées derrière le meuble-télé.

Toute l'info sur

Thomas Pesquet dans l'espace

Face au nombre incommensurable de photos - plus de 245.000 clichés -, l’astronaute français fait appel aux internautes ce jeudi sur Twitter, pour construire son album. On a décidé, nous aussi, de lui donner un petit coup de main. Voici dix de nos clichés préférés pris pendant la mission du spationaute.

Campagnes d'Europe de l'Est, îles tahitiennes...

Un artiste a-t-il posé son pinceau sur l'Europe de l'Est ? C'est la question que se posait Thomas Pesquet fin octobre devant ce spectacle des campagnes entremêlées. "Mieux qu'un musée, il faut prendre une fusée", s'amuse-t-il en légende.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Preuve en est encore pour l'astronaute : cet assemblage "hypnotique", capturé un mois plus tôt. Mais difficile pour un œil amateur comme le nôtre de deviner l'origine du cliché. Un indice Thomas ?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Voici le Mont Everest, avec ses 8.800 mètres d'altitude plongés sous la neige. Le Français l'assure cependant : c'est "un des monts les plus compliqués à repérer depuis l'espace vu l’immensité de l'Himalaya. Qu'est-ce qui ressemble plus à un très haut sommet que le sommet voisin ?", lâche-t-il, un brin moqueur.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Qui dit espace, dit étoiles. En août, une pluie d'entre elles, appelées les Perséides, survolent la Station spatiale internationale. Difficiles à capturer, l'astronaute réussi cet exploit "par quelques réglages", explique-t-il. "C'est une question de contraste lumineux. Quand on a la Terre ou un vaisseau spatial (qui reflètent une tonne de lumière) dans le viseur, l'appareil photo s’adapte, comme l’œil, à la luminosité ambiante et les étoiles, comparativement bien moins lumineuse, n'apparaissent pas."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

En juillet, Thomas Pesquet offre aussi aux internautes les richesses de l'outre-mer. "Le Pacifique est immense et notre trajectoire ne nous amène que rarement pile au-dessus de la Polynésie française, mais quand c’est le cas, c’est immanquable ! Il y a une bonne raison pour que le “bleu des mers du sud” s’appelle comme ça… Voici quelques atolls et îles de l’archipel de la Société et une île des Australes", écrit-il sur les réseaux sociaux. 

Moins réjouissant, continue-t-il, "la Polynésie est évidemment aux premières loges du changement climatique et touchée d’une manière bien différente qu’en métropole". "C'est le blanchissement du corail qui symbolise la surchauffe."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Ici, "une aurore particulièrement brillante, comme un éclair électrique mais à l’horizontale… et vert. Sous la pleine Lune, la Terre est si bien éclairée qu'on se croirait presque en plein jour", raconte l'astronaute fin septembre. Pendant son périple en orbite, le Français a eu la chance d'en photographier plus d'une dizaine. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Mais quel est donc ce drôle de paysage en forme de gruyère ? "L'Australie et ses vues insensées, épisode 35 !", répond Thomas Pesquet, devant les lacs de sel plantés au cœur du pays.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Du bleu, et encore du bleu. Pour la Journée mondiale de l'Océan, le 8 juin, l'astronaute a photographié une partie de ces "71% de la surface de la Terre recouverte d’eau… On ne la compare pas à une bille bleue sans raison !" Captivant.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Rouge fauve, l'orange du sable, le gris des rochers, une touche de blanc avec les nuages... dans son tour du monde, Thomas Pesquet a pu admirer le Sahara via le plateau du Tchad. "Luca appelait ça "la peau de la Terre" je crois, et c’est vrai que ça y ressemble, décrit-il. Ne manque plus qu'à chercher l'aviateur égaré du Petit Prince de Saint-Exupéry."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Pour finir, on ne pouvait pas oublier la France. Voici la Corse en majesté. "Cette photo illustre parfaitement ce que les astronautes aiment photographier depuis l'espace : des paysages reconnaissables au 1er coup d'œil, une verticale presque parfaite, et le reflet du soleil sur la mer", écrit l'astronaute français.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Et vous, quelle est votre préférée ? C'est sans inquiétude, il vous en reste encore 245.000 pour faire votre choix.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

VIDÉO - À Marseille, Éric Zemmour termine son périple chahuté par un échange de doigts d'honneur

En évoquant "l'autonomie" de la Guadeloupe, Sébastien Lecornu fait des vagues

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.