VIDÉO - Agriculture : des robots dans les champs pour désherber sans pesticides

VIDÉO - Agriculture : des robots dans les champs pour désherber sans pesticides

ENVIRONNEMENT - Emmanuel Macron souhaite qu'il y ait davantage de robots dans notre industrie et notre agriculture. Certains sont déjà utilisés dans les champs. Ils font des tâches pénibles et répétitives, comme le désherbage.

À l’intérieur de ces 1500 m² de serre travaille un ouvrier agricole d’un genre un peu particulier. Il s’appelle Oz, il est électrique, et ce mardi, il évolue entre des plants de persil, comme on peut le voir dans le reportage en tête d'article. Il bine, sarcle et bien plus encore. Un véritable assistant pour un prix entre 15.000 et 25.000 euros.

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Cette exploitation, qui cultive des semences, utilise des robots depuis trois ans. Ils peuvent travailler par tous les temps, n’ont jamais mal au dos, font toutes les tâches pénibles, et surtout, ils permettent d’éviter l’utilisation de pesticides. "Avant le robot, c'était surtout de désherbage manuel car nous sommes sur un site totalement bio. Maintenant, le robot se charge en grande partie de cette tâche", explique François-Xavier Ermel, responsable d'exploitation chez Bejo production à Sait-Martin-Lalande dans l'Aude. 

GPS et détecteurs d'obstacles

C’est à Escalquens, dans la banlieue de Toulouse (Haute-Garonne), que sont fabriquées ces machines. Créée en 2011, la modeste PME occitane est aujourd’hui implantée aux États-Unis et vend ses robots dans le monde entier. Des robots pour les cultures maraîchères, mais aussi pour les vignes.

Lire aussi

Dirigées par GPS avec détecteurs d’obstacles, ces petites merveilles de technologie sont à des années-lumière du tracteur de grand-papa.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande la vaccination des enfants fragiles

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Noël à Bordeaux : pas "d'arbre mort" mais un sapin de verre et d'acier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.