En forme de serpent, minuscule ou étanche... Découvrez, en 3D, les robots de demain

En forme de serpent, minuscule ou étanche... Découvrez, en 3D, les robots de demain

TECHNOLOGIE - On imagine toujours les robots comme nos clones alors qu'avoir des bras et des jambes, ou encore des roues, n'est pas toujours si pratique. Infographie 3D à l'appui, on vous explique.

Les robots équipés de bras, de jambes ou de roues ne sont pas toujours adaptés au terrain. Dans les débris après une explosion ou un séisme, un robot classique avec des roues, des chenilles, risque de trébucher au premier obstacle. Alors qu'un robot qui ressemble à un serpent mesurant à peu près un mètre de long se déplace en ondulant. Cette machine est parfaitement à l'aise pour se déplacer parmi les débris. Certains modèles sont même capables de s'enrouler autour d'un arbre ou d'un pylône et d'éteindre un départ de feu. D'autres, grâce à de l'air comprimé sont capables de se gonfler très rapidement et ainsi de déplacer des charges pouvant peser jusqu'à 100 kilos. Ou à l'inverse, de se réduire et devenir si petits qu'ils peuvent passer dans des trous de souris. Équipés d'une caméra, ils pourront même repérer des survivants et donner l'alerte au secours.

Toute l'info sur

Le WE

Ces robots serpents pourront aussi sauver des vies dans les blocs opératoires. Aux États-Unis, les chercheurs de la célèbre université MIT en ont conçu un minuscule d'à peine 1 mm de diamètre qui peut s'introduire dans les vaisseaux sanguins, où il était impossible d'aller jusqu'ici. Il est manœuvré à distance grâce à un aimant. En cas d'AVC, il peut repérer et détruire un caillot de sang. Immense avantage : aucun produit chimique n'est utilisé. C'est donc sans risque pour le patient et pour le médecin. Cela évite en effet d'ouvrir le crâne, ce qui est toujours extrêmement risqué.

Des robots sous-marins interessant les plateformes offshore

Que ce soit sur terre, à l'intérieur du corps humain ou sous l'eau, ces robots serpents sont à l'aise dans tout type d'environnement. Ils peuvent par exemple rester six mois dans la mer de Norvège et explorer les fonds marins jusqu'à 600 mètres de profondeur. 

Lire aussi

Ils intéressent énormément les industries maritimes comme les plateformes en haute mer ou les éoliennes offshore, parce qu'ils sont capables d'effectuer des petites opérations de maintenance. Ils peuvent souder, visser, dévisser, déboucher des conduits, avec à la clé des économies colossales. Actuellement, il faut faire venir par bateau, un sous-marin avec un équipage, des plongeurs. Cela peut effectivement coûter jusqu'à 100.000 euros par jour d'intervention. Autre immense  avantage, ces serpents qui restent sous l'eau peuvent agir même si la mer est très agitée en surface.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Covid-19 : la police évacue les quais de Seine

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Lire et commenter