A quasiment 11.000 m de profondeur, il bat le record de la plongée la plus profonde et tombe... sur un sac plastique !

Sciences
DirectLCI
POLLUTION - Il est allé là où aucun humain n'était allé auparavant pour battre le record de la plongée la plus profonde de l'histoire. L'explorateur américain Victor Vescovo n'imaginait pas que la poubelle de l'espèce humaine l'avait déjà devancé.

Lorsque Victor Vescovo a touché avec son sous-marin le fond de la fosse des Mariannes, dans l’Océan Pacifique, l’homme d’affaires texan, devenu explorateur de l’extrême, ne s’attendait probablement pas à y faire une telle découverte. Il venait de battre, ce jour-là, le record de la plongée la plus profonde de l’histoire. Cependant, comme l'explique l'intéressé, sa joie fut de courte durée. 


En effet, à 10.927 mètres de profondeur, dans le royaume des abysses où l’homme n’était jamais allé jusqu’à présent, l’Américain de 53 ans a aperçu des produits fabriqués, consommés et jetés par l’espèce humaine. Une découverte inquiétante qui montre à quel point notre planète est marquée dans son cœur bien plus profondément qu’on ne pouvait l’imaginer. 

Grâce à la caméra fixée à son sous-marin, le milliardaire, qui s'est lancé le défi d’explorer les zones les plus profondes de l’océan, a filmé durant près de quatre heures cette tragédie, qu’il a dévoilée lundi. Sur ces images, on y voit, posés sur le sol de l’océan Pacifique un sac plastique et des emballages de bonbons, au milieu d’espèces adaptées à un tel environnement


Selon un récent rapport des Nations unies, les océans abritent plus 100 millions de tonnes de déchets plastiques. Chaque année, entre huit et douze millions de tonnes viennent s'y ajouter. "D'ici 2050, il y aura plus de plastique dans les mers que de poissons", déclarait, lors d'une assemblée générale en décembre dernier, la présidente de l'Assemblée générale des Nations unies, l’Équatorienne Maria Fernanda Espinosa.

Une baleine retrouvée avec 40 kg de sacs plastiques dans l'estomac

"Cela a été de toute évidence désespérant de constater une contamination humaine au point le plus profond", a déclaré l’explorateur américain, déplorant que l’océan soit "traité comme une gigantesque poubelle" par l’humanité. En témoignant de cette découverte, Victor Vescovo espère sensibiliser davantage le public à la pollution des mers et inciter les gouvernants à adopter de nouvelles réglementations. Car la présence de ces déchets menace directement les écosystèmes marins.


Selon une étude publiée par la Banque mondiale,relayée par Le Figaro, des détritus marins sont présents dans toutes les tortues marines étudiées, dans 59% des baleines, 36% des phoques et 40% des oiseaux de mer. En mars dernier, une baleine est morte de faim avec 40 kg de déchets plastiques dans l’estomac après s’être échouée aux Philippines. Un an plus tôt, un cachalot avait été retrouvé mort avec 6 kg de plastique dans le ventre au sud de la Thaïlande.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter